Le découragement

Finalement j’ai décidé de couper les ponts avec l’homme qui me disait des choses arriérées sur l’apparence que je devrais avoir en tant que femme. Je suis allée essayer de lui en reparler hier soir, mais lui et son ami se sont mis à faire des blagues de butch et à rire de mes tatouages. Ils avaient l’air de deux imbéciles. J’ai essayé aussi de lui demander s’il y avait selon lui une seule façon d’être un homme homosexuel et que si on n’y correspondait pas on devenait immédiatement indésirable pour tous les hommes homosexuels et apparemment il ne voyait pas le lien. Je suis ressortie de là complètement dégoûtée. Je ne peux pas croire qu’il existe encore des êtres humains qui pensent et disent des horreurs pareilles. Il est allé jusqu’à dire que mon apparence expliquait pourquoi aucun homme ne m’aimerait jamais… et que c’était donc ma faute si j’étais maltraitée.

Comme si j’étais universellement laide, masculine et inadéquate et que c’était mal au point de créer des problèmes de santé mentale chez les hommes que je rencontre et les forcer à me maltraiter. Je pense que si ça avait été le cas, je l’aurais su avant et on m’aurait probablement utilisée comme arme de destruction massive contre des populations entières, si j’avais autant de pouvoir sur les comportements des pauvres hommes qui choisissent de me faire du mal… C’est d’une connerie infinie. Le raisonnement inverse est aussi imbécile… comme si changer de coupe de cheveux et de vêtements allait guérir la santé mentale des hommes qui me font n’importe quoi… ou ne serait-ce que leur faire pousser une conscience de l’autre mais en même temps il ne faut pas être surpris puisque dans l’imaginaire collectif l’apparence des femmes est la cause de tout ce qui leur arrive…. Tu ne veux pas toujours porter des robes? C’est ta faute si on te maltraite. Tu as l’air de n’importe quelle femme habillée n’importe comment? C’est ta faute si on te viole. Tu n’avais qu’à limiter ton existence ou ne pas exister du tout.

Il a dit aussi que c’était parce qu’il voulait que je sois heureuse… Avez-vous déjà entendu parler d’un être humain qui devenait plus heureux en entendant son apparence dénigrée et ridiculisée par d’autres? Ou encore en se faisant dire que personne ne l’aimerait jamais? C’est d’une violence infinie.

Je vais bien quand même. Ça faisait deux ans que je lui répétais de me foutre la paix avec son image de la femme des années 50. Je me sens donc plutôt libérée et soulagée, même si je suis découragée, oui. Il faut vraiment que j’arrête de donner des chances aux humains en me disant qu’ils finiront par comprendre. Au moins l’autre a l’air d’être enfin disparu. Je devrais pouvoir avoir du calme…

A plus!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s