L’apparence voulue par les autres (3)

            Si vous pensez comme l’homme qui m’a dit pour me dénigrer que j’avais souvent l’air d’une butch et que je ne trouverais jamais un homme comme ça, sachez que vous avez les mêmes idées arriérées qu’un homme homosexuel de 70 ans qui croit que le summum de la féminité ce sont les drag queens qui le représentent… C’est une version valide de la féminité, mais il y en a une infinité de versions valides de la féminité et essayer de nous forcer à ressembler à une seule est de la violence. La féminité ne tient pas aux vêtements qu’on porte ni à l’apparence qu’on a. Il y a autant de façon d’être une femme qu’il y a de femmes et toutes ces femmes ont droit au respect, que vous aimiez ou pas leur apparence. Si vous vous accrochez encore à ces vieilles idées sur la féminité, ce que ça me dit, c’est que vous êtes soit complètement inconscients, stupides, violents, misogynes ou malades, aucune de ces étiquettes n’excluant les autres. Ne savez-vous pas combien de femmes tombent malades, meurent sur des tables d’opération, meurent d’anorexie, se suicident, sont dépressives et… à cause de ces idées de merde créées par une industrie et des hommes violents (aussi de merde) qui se sont aperçus qu’il était possible de faire de l’argent et de contrôler les femmes en leur imposant des idéaux esthétiques (de merde aussi). Qu’est-ce que ça dit d’un homme, qu’il veuille forcer sa femme à subir des tortures, à avoir l’air vulnérable et faible, à crever de faim ou même simplement à se promener en talons aiguilles dans la gadoue ou sur la glace à -40 pour satisfaire son orgueil de mâle de posséder une femme qui correspond à un idéal fictif qu’on a réussi à lui enfoncer dans le crâne sans qu’il en soit conscient à force de manipulations et de violences. Ça ne dit clairement rien d’intéressant, ni de désirable, ni de pertinent, ni d’enviable de cet homme-là. Et je n’ai aucune criss d’idée pourquoi il y a encore des gens qui continuent à croire ces choses-là normales et ne les questionnent pas plus. Est-ce que vraiment les gens ont tant besoin qu’on leur dise qui être, quoi penser et comment se comporter? Il semblerait malheureusement que oui. Mais j’en ai ma claque. J’ai littéralement envie de leur vomir dessus, ces personnes qui pensent qu’il y a juste une façon d’être une femme et que ce sont elles qui décident de ce que c’est. À défaut de pouvoir le faire physiquement sur commande, gardez à l’esprit que je le fais constamment en pensée à partir de maintenant.

            C’est clair que l’homme qui va arriver à me contrôler et me changer à force de m’humilier physiquement, il n’existe pas. J’ai déjà été cette femme-là, oui, mais je ne la suis plus depuis plusieurs années déjà. De toute façon, je sais parfaitement qu’absolument tous les hommes qui m’ont fait ça dans ma vie sont des hommes violents et non des hommes sains avec qui il ferait bon d’être. Je ne vais jamais m’empêcher d’être qui je veux ni d’avoir l’air de ce que je veux pour aucun homme ni aucune femme sur terre, parce que ça arrive aussi parfois que ce sont des femmes qui me violentent sur ces sujets, parce que je ne veux pas avoir l’air de ce qui les rassurent elles dans leur identité de femmes. Mon identité et ma validité de femme ne tiennent pas aux vêtements que je porte ni à l’apparence que j’ai. Je suis une femme. Peu importe comment les autres me voudraient. Il existe des hommes qui comprennent ça. Je trouve triste qu’il faille souvent attendre que les hommes soient père d’une fillette pour qu’ils découvrent le gouffre immense de violences épouvantables auxquelles nous sommes confrontées tous les jours et en soient horrifiés enfin. ENFIN, oui. J’aimerais que cette prise de conscience arrive beaucoup plus tôt et chez tout le monde. 

            Le lavage de cerveau concernant la supposée féminité est ce qui m’a en partie malheureusement fait rester gentille avec cet homme qui m’a fait une proposition répugnante l’été dernier, alors que ce que j’avais envie de faire, c’est de lui demander s’il était complètement inconscient, stupide, misogyne, violent, malade ou toutes ces étiquettes pour me placer dans cette criss de position malsaine qu’il avait jugé bonne et intéressante pour moi. Le bouche-trou de l’autre, en attendant, pour passer le temps… J’ai réussi à rester polie jusqu’à présent, mais là je ne suis plus capable. Si c’était vraiment un pauvre homme qui a fait une erreur et était mélangé, la chose à faire c’était mettre son ego de côté et avoir le courage d’aller s’excuser. Pas de me harceler pendant des mois sans rien dire. C’est bizarre, hein, mais même si j’habite sur la même rue, ça a été super facile pour moi de ne pas aller me planter une seule fois devant chez lui depuis juillet… Ça a été infiniment simple… J’ai finalement enfin atteint le stade ou il peut faire le nombre d’aller-retours infinis qu’il veut sous ma fenêtre et je m’en contrecrisse. 

Une des raisons pour lesquelles je suis restée gentille au lieu de l’envoyer chier, c’est parce qu’il avait l’air triste. Une autre raison c’est parce que je savais que j’avais été assez stupide pour me ramasser dans un endroit isolé, seule, avec un homme que je ne connais pas et que j’avais vu pogner les nerfs facilement de façon absolument injustifiée à quelques reprises et que je savais très bien que s’il m’arrivait quelque chose, on s’empresserait de me dire que j’en étais responsable. Tout comme on n’hésiterait pas une seconde à me traiter de paranoïaque et de folle frustrée qui pensent que tous les hommes sont des malades si je m’étais davantage méfiée. Je savais que dans tous les cas j’étais perdante et qu’il était plus intelligent de jouer la gentillesse et la prudence. Je lui ai quand même refermé la grille d’entrée dessus de façon assez brusque quand il a fini par partir et c’était satisfaisant. 

Une autre raison à mon comportement, c’est l’absurde lavage de cerveau que mes parents m’ont fait toute mon enfance et qui impliquait que je devais être toujours douce et gentille avec les hommes peu importe ce qu’ils me faisaient si je voulais mériter qu’on m’aime. Figurez-vous que pour mes parents, il n’était vraiment pas féminin de ma part de passer brusquement des sacs d’épicerie à un homme violent qui ferait que je me retrouverais plus tard à souffrir de stress post-traumatique complexe chronique. Ils ont essayé de me faire croire que je l’avais mérité et que c’était parce que je n’étais pas une « bonne et belle femme » selon leurs critères à eux que j’avais été violentée. Comme si ma mère qui se soumet aveuglément à toutes ces idées stupides et dénigrantes-là n’était pas une femme violentée, elle. C’est la principale raison pour laquelle je me suis séparée de ma famille et il serait infiniment naïf de votre part de croire que j’hésiterai une seule seconde à vous sortir de ma vie si vous essayez de m’enfoncer à nouveau dans le crâne les âneries violentes sur les femmes dont j’ai eu besoin de tellement d’années de travail, seule ou en thérapie, pour me libérer définitivement.   

Je m’habillerai comme bon me semble et j’aurai l’air de ce dont je veux avoir l’air toute ma vie et si je ne trouve jamais un homme assez intelligent et respectueux pour comprendre pourquoi je fais ce choix, ma vie sera infiniment plus belle qu’en me forçant à me conformer à des idées superficielles, vides et mortifères juste pour ne pas être seule et être en couple avec un imbécile violent qui pense que c’est normal de m’humilier et d’essayer de me contrôler à partir de mon apparence. Que ce soit clair une fois pour toutes. Maintenant je vais essayer d’aller penser à autre chose… mais criss que je ne suis plus capable d’endurer ces conneries, je n’ai même plus la patience de les expliquer calmement. Je veux retrouver ma joie et mon envie de vivre et ça implique de m’éloigner des personnes qui pensent de façon arriérée.

Bonne journée!   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s