Être heureuse à haute voix (3)

 

Let’s have a black celebration
Black celebration
Tonight

To celebrate the fact
That we’ve seen the back of another black day

I look to you, how you carry on when all hope is gone
Can’t you see?
Your optimistic eyes seem like paradise to someone like me
I want to take you in my arms
Forgetting all I couldn’t do today

Black celebration
Black celebration
Tonight

To celebrate the fact
That we’ve seen the back Of another black day

I look to you and your strong belief
Me, I want relief tonight
Consolation I want so much
Want to feel your touch tonight
Take me in your arms 
Forgetting all you couldn’t do today

Black celebration
Black celebration
Tonight

Black celebration
(I’ll drink to that)
Black celebration
Tonight

Black celebration
(I’ll drink to that)
Black celebration
Tonight

Black Celebration – Depeche Mode

           Une des raisons pour lesquelles je préfère souvent passer du temps seule qu’en compagnie d’autres personnes est la violence des projections qu’elles font sur moi. Ces projections existent pour différentes raisons, dont le fait qu’elles rassurent et font plaisir aux personnes qui me les envoient à la figure. Souvent ces projections sont basées sur de fausses idées que la personne se fait de moi à partir de mon apparence et de mon look. On a beau répéter aux gens de ne jamais se fier à l’apparence d’une personne pour la juger depuis l’enfance, il semble que bien peu de personnes comprennent la leçon dans leur vie et se soucient davantage de se réconforter eux-mêmes en se racontant n’importe quoi sur vous qui les arrange plutôt que de vraiment chercher à vous connaître. Il y a beaucoup de personnes qui se satisfont de cela et pensent même que c’est normal de faire ça. Je n’en fais pas partie. 

             Je n’en fais pas partie parce que j’ai beaucoup souffert de cet état de choses et qu’il m’épuise, alors j’essaie de ne pas le faire subir aux autres. Il y a toutes sortes de choses qui me semblent souvent incroyables qu’on me projette dessus. Je suis idiote. Je suis une cochonne dominatrice parce que je porte du noir. J’aime les vampires et je suis gothique parce que je porte du noir. Je suis déprimante parce que j’étudie la violence. Je suis faible parce que j’ai été agressée. Je suis pauvre parce que je n’affiche pas de signes de richesse et je dois en vouloir à votre argent ou ce que vous possédez. Je suis violente parce qu’habillée en noir et tatouée. Je suis triste parce que célibataire. Je suis malpropre parce qu’habillée en noir, tatouée et désordonnée. Je suis gentille parce que je suis idiote. Je suis naïve parce que je parle ouvertement de ce que j’ai vécu. Je suis une image sexuelle fétichisée selon les envies de chacun, selon ce qui leur plaît, selon le rôle qu’ils aimeraient que je joue dans leur imaginaire sexuel. Je ne peux pas être une intellectuelle compétente ni réellement intelligente à cause de mon look, parce que je suis une femme et parce que je suis aussi tellement incroyablement cute et… 

            C’est une suite infinie de sottises et de fausseté qu’on me garoche dessus et, à chaque fois que j’ose dire quelque chose pour montrer à l’autre qu’iel a tort à mon sujet, ou même si je ne dis rien et que je me contente d’être moi, ce qui leur démontrera inévitablement que je ne suis pas ce qu’iels ont choisi de penser de moi, je deviens automatiquement une sorte de vilaine qui leur gâche leur plaisir. Je suis méchante parce que je ne me laisse pas projeter des conneries fausses dessus. Je suis méchante parce que je ne me laisse pas réduire à une image réductrice et illusoire de ma personne. Je suis méchante parce que je ne me laisse pas utiliser comme bon vous semble. Je suis anormale parce que je ne corresponds pas à votre idée du monde ni de ce qu’une femme devrait être. Je suis méchante parce que je n’ai pas voulu me laisser faire pour que vous puissiez réaliser le fantasme sexuel ou affectif complètement glauque et irrespectueux de ma personne que vous m’avez projeté dessus et auquel vous exigiez plus ou moins consciemment que je corresponde et me soumette sans dire quoi que ce soit et… 

             Ce sont des attitudes complètement illogiques et extrêmement violentes auxquelles je suis constamment exposée et c’est profondément épuisant. Et attristant aussi. Je n’en peux plus de vivre ces choses. C’est en bonne partie pour cela que je ne veux plus chercher de relation amoureuse. Les hommes que je rencontre n’essaient jamais réellement de me connaître, n’entendent jamais ce que je leur dis ou considèrent que cela n’a aucune pertinence ou importance. Ce qu’ils veulent, c’est le fantasme qu’ils m’ont projeté dessus et qui ne correspond aucunement à qui je suis, et qui est une violence envers moi, mais qu’ils considèrent cependant comme complètement normal et justifié de leur part alors que ça ne l’est absolument pas. Je n’ai pas à subir les idées qu’on s’invente sur ma personne, ni à correspondre à vos petits fantasmes réducteurs de merde. Ce n’est pas possible d’avoir une réelle relation avec une autre personne si on agit comme cela. Avoir une relation, une comme je veux en tout cas, ça implique de se connaître soi-même, de ne pas violenter l’autre avec les projections qu’on fait sur lui ou elle, mais plutôt de s’ouvrir à apprendre à le connaître, ce qui prend du temps et de la patience. Je ne suis pas un bien de consommation pour qui que ce soit. Je ne suis pas non plus une consolation que vous pouvez utiliser parce que d’autres vous ont fait du mal et… Il y a beaucoup d’êtres humains qui se contentent de subir ces projections. Il y en a même qui choisissent de tout faire pour y correspondre volontairement même si cela implique de se faire une incroyable violence à soi-même et… Je n’en fais pas partie.

            La vérité, c’est que vous ne devriez même pas vous permettre d’inventer toutes ces histoires fausses à mon sujet avant même de me parler et que vous êtes souvent les seuls responsables du mal que vous me faites. Je ne suis jamais responsable des histoires que vous vous racontez. Vous l’êtes. Elles sont infiniment lourdes à porter et pénibles à vivre, vos histoires et idées fausses à mon sujet. J’imagine qu’elles vous plaisent et vous réconfortent d’une certaine façon. Il reste qu’elles me font du mal et que votre satisfaction fantasmatique n’est pas plus importante que ma sécurité, psychologique et physique, ni mon bonheur. Je n’ai pas à me plier à vous et vos désirs. Jamais. Je ne suis jamais non plus responsable des fausses idées et préjugés que vous avez à mon sujet. Les responsables sont les fausses représentations des relations et de la supposée nature des hommes et des femmes que la société et l’histoire vous ont enfoncé dans le crâne, votre absence de questionnement de ces idées reçues et de votre perception de l’autre, voire votre paresse intellectuelle, votre absence d’ouverture à l’autre, de respect de sa différence et de son unicité et… Vous êtes responsables de ce que vous me faites. C’est toujours votre choix. Je vous donne toujours les informations nécessaires à une meilleure compréhension de moi si vous m’en donnez l’occasion. Vous ne le faites habituellement pas. Vous préférez vous accrocher à votre fausse image et vos idées saugrenues de la signification de l’infime parcelle de moi que vous voyez. Il n’y a donc pas de possibilité de relation et cela repose sur vous et non sur moi. C’est votre absence d’efforts et d’ouverture qui tue la possibilité de me connaître.

            Pour être heureuse, j’ai besoin d’être vue et connue. J’ai besoin de vivre ma vie en étant qui je suis et ce « qui je suis » est multiple et complexe et ne correspond jamais aux simplifications abusives et aux caricatures que vous vous permettez de faire de moi pour vous rendre confortables. Ce n’est pas moi qui suis compliquée, c’est vous qui vous braquez dans vos fausses conceptions qui sont plus confortables pour vous que de vous rendre vulnérables et ça me fait beaucoup de mal. Donc je pense que pour un temps au moins, et peut-être pour toute ma vie si je ne rencontre jamais personne qui est capable vraiment de s’ouvrir à la possibilité de me connaître, c’est mieux pour moi de rester seule et d’être heureuse en étant qui je suis. Cela m’apportera toujours plus de bonheur que de me plier à votre fausse image de moi. Il faut que vous compreniez cela si vous voulez avoir la moindre chance d’avoir un lien avec moi, qu’il soit amical ou amoureux. Je ne me gênerai plus jamais pour vous le dire.

            J’ai commencé, dans le groupe de travail dont je fais partie, à cartographier ma pratique artistique dans le cadre d’un exercice de carte heuristique (mind map). Cela a fait apparaître toutes sortes de choses que je veux faire, de problème que j’ai à résoudre, de rêves et… Je vais refaire l’exercice parce qu’il a contribué à rouvrir mon avenir et à mieux identifier le travail sur moi qu’il me reste à faire. Je pense qu’effectuer cet exercice pour plusieurs sphères de sa vie peut être très bénéfique. Cela rend visible ce qu’il se passe en nous, nos aspirations, ce qui nous empêche d’avancer et…  

            J’ai eu un peu de temps finalement puisque j’ai réussi à terminer hier une bonne partie des tâches que j’avais à faire pour aujourd’hui. Il m’en reste seulement une. Après congé, un peu, au moins, puisque je suis pas mal rendue au bord de l’épuisement affectif et intellectuel. Écrire ici me décharge souvent de pensées qui tournent en boucle dans ma tête. Je dois cependant essayer de mettre l’énergie que je mets ici dans d’autres sphères d’activités importantes pour ma vie et mon bonheur aussi. Donc je reviendrai, mais je ne sais jamais quand. Parfois vite, parfois après un temps plus ou moins long. Je replonge dans mes obligations maintenant. 

            Bonne journée! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s