Errance dans la réflexion

     

       Je trouve difficile de comprendre pourquoi les choses n’avancent pas plus rapidement dans le monde. Je le sais en partie… Parce que les gens ont peur… Parce que les gens ne se posent pas beaucoup de questions… Parce qu’ils ne veulent pas faire l’effort de changer… Parce qu’il y a des réactionnaires qui contribuent à maintenir des idées terribles et nuisibles présentes dans la société et… 

            Tout cela est bien lourd en tout cas. 

            J’ai repensé au negging depuis hier en me promenant. C’est tellement présent. Je ne pense pas que toutes les personnes qui l’utilisent sont conscientes de ce qu’elles font. Je pense qu’elles pensent que c’est normal. J’inclus dans le negging ces remarques que j’ai décrites dans plusieurs billets précédents. Dans mon cas, je les reçois surtout d’hommes bien que je pense que des femmes doivent le faire aussi. Mais si c’est fait de façon inconsciente, je ne comprends pas non plus comment des hommes peuvent penser que dénigrer ce que j’aime et ce qui fait partie de ma vie va me les rendre charmants. Je sais que ça fait longtemps que c’est comme ça, mais je ne comprends pas comment ça peut leur paraître si naturel, ce dénigrement. C’est parce que la société le leur autorise en partie, oui… mais même si la société m’autorise, techniquement, à dire du mal de ce que les autres aiment, je ne vois honnêtement pas à quoi ça me servirait. Je n’en ai pas envie… Ça servirait à établir une forme de supériorité me direz-vous… mais voilà… je n’ai absolument aucune envie d’avoir ni pouvoir ni supériorité sur qui que ce soit. C’est un désir que je ne comprends pas. Probablement parce que mon ego n’est ni trop enflé ni trop fragile, oui. 

Pour les personnes qui le font de façon délibérée, le negging, soit rabaisser une femme afin qu’elle recherche leur approbation et veuille coucher avec eux, j’ai de la misère à comprendre pourquoi ils ne voient pas que ça fait juste d’eux des losers violents… des profiteurs, voire des agresseurs. Si vraiment tu as besoin de rabaisser les femmes pour qu’elles veuillent entrer dans ton lit ou même seulement pour être capable de leur parler, c’est pourtant un des signes les plus clairs de problème sur le plan de la santé mentale et de violence… Alors qu’eux se voient justifiés de faire ça… Je me souviens d’un ancien ami à qui j’avais dit que ce n’était probablement pas une bonne idée de coucher avec une femme qui était amoureuse de lui alors que lui se câlissait d’elle, qu’il devrait penser un peu plus à ce que cela lui ferait à elle. Il m’avait répondu ébahi : « Parce qu’en plus il faut que je me soucie de ce que ça va faire à l’autre que je couche avec? ». Il était vraiment surpris. Il trouvait ça ridicule. L’idée que ça pouvait avoir une importance ne lui avait jamais traversé l’esprit… alors que c’est pourtant la base d’avoir une relation avec une autre personne. Autant prendre une fleshlight sinon… 

Tous ces comportements sont bien ordinaires, me direz-vous. Oui, mais ils sont crissements lourds et épuisants. Les hommes qui cherchent à saouler les femmes dans l’espoir qu’elles couchent avec eux… Ça m’est arrivé quelques fois, mais ça ne fonctionne pas avec moi et oui, je le remarque à chaque fois, les caves. J’ai fréquenté et été en couple avec plusieurs alcooliques et plusieurs polytoxicomanes… Je sais garder mes culottes, même très éméchée… Ces expériences m’auront au moins servi à ça… La seule façon dont vous pourriez y arriver alors que je ne veux pas de moi-même, c’est si j’étais saoule morte au point d’être inconsciente. Vous commettriez alors une agression sexuelle, ce qui n’est une bonne idée pour personne. Les hommes qui cachent des informations ou mentent pour avoir une relation sexuelle avec vous et qui ne se rendent étrangement pas compte qu’ils sont alors en train de vous agresser parce qu’un consentement n’est pas valide s’il est obtenu de façon malhonnête… et qui se voient comme de petits ratoureux au lieu de ce qu’ils sont vraiment : des abuseurs. Boys will be boys… diront tout le monde en cœur au lieu de vraiment condamner ces comportements dignes de grands malades…

Cette incessante et visqueuse volonté de contourner la volonté des femmes… 

Comme si on avait de l’or au fond du sexe et que ça les transformerait complètement de coucher avec nous. Au lieu de me détruire, même s’ils arrivent à me déprimer, oui, les comportements extrêmement bas que les hommes ont adoptés pour essayer de coucher avec moi durant ma vie m’ont fait me rendre compte à quel point j’ai du pouvoir. J’aimerais que les femmes qu’on dénigre et à qui on essaie de faire croire que c’est une faveur qu’on couche avec elles prennent conscience de ce pouvoir aussi. Il y a vraiment beaucoup d’homme prêts à s’abaisser à devenir des êtres immondes juste pour mettre leur petite affaire dans un trou. Ce qui est aussi éberluant est que ces hommes ne s’aperçoivent pas du mal qu’ils font non seulement aux autres, mais à eux-mêmes aussi. On ne peut pas avoir une vie réellement heureuse en se comportant comme une couleuvre ou un littéral tas de merde. Je sais que, si c’est ce que je désire, il y aura des hommes prêts à coucher avec moi jusqu’à l’âge d’au moins 80 ans et peut-être plus… Il ne faut jamais oublier l’existence des gérontophiles… Je ne suis donc pas inquiète ni désespérée de mon abstinence temporaire. 

La question de la supériorité m’embête aussi… J’ai parlé de l’absence de respect pour la pensée des femmes jugées non belles dans mon dernier billet. Le fait est que la pensée des femmes jugées belles n’a pas non plus réellement de valeur aux yeux de bien des hommes. Ça m’arrive systématiquement, parce que je suis le moindrement cute, que mon intelligence soit sous-estimée. Les hommes me prennent pour une tarte, pour une petite affaire cute naïve. Ça explique aussi en partie pourquoi ils sont si surpris et terrorisés quand je finis par les remettre à leur place. Je me suis aperçue, durant la dernière date, à cause de mots qu’il disait, que le gars avait lu mon blogue sans me le dire et qu’il était apparemment convaincu que j’étais trop idiote pour m’en rendre compte. Ce n’est pas le cas. J’identifie très facilement quand les hommes me disent ce qu’ils pensent que je veux entendre… et ça me répugne vraiment. 

Je comprends que les hommes qui se permettent de sous-estimer ou dénigrer les femmes sont en fait des êtres très faibles et qui manquent de confiance en eux. Je rencontre systématiquement des hommes qui sont plus faibles que moi, sur tous les plans, sauf sur le plan physique, et qui se permettent néanmoins toujours d’assumer, avant de me connaître, qu’ils me sont supérieurs… Quel genre de vision de l’amour complètement dégoûtante est-ce qu’ils portent pour penser que c’est aimer que de considérer l’autre comme inférieur? C’est vraiment décourageant. J’ai vraiment hâte de vivre quelque chose qui ne soit pas juste un tas de merde sur lequel on a temporairement appliqué une couche de doré. 

Je me sens plus vulnérable ces jours-ci. Quand je pense aux situations que je viens de décrire, ça me fait mal comme l’aiguille quand on me tatoue, mais je n’aime pas la douleur que penser à ces traitements me procure, contrairement à celle du tatouage, que j’apprécie. J’ai hâte de tomber sur quelque chose qui soit du plaisir et de la douceur, sans toutes les épines qui s’enfoncent en moi. 

Voilà. Je me sentais généreuse et j’avais envie de me vider la tête un peu avant d’être complètement libre pour la fin de semaine. Je vais m’amuser. 

À plus!   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s