Guérir (Partie 4)

            Ça va enfin mieux… Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de hauts et de bas encore durant ma traversée de cette situation, mais je peux dire que ça va réellement beaucoup mieux. Je pense que le fait qu’hier je sois allée vendre des trucs (mais je reparlerai de ça un peu plus tard) et que j’ai passé cette journée d’infernale chaleur à mettre de l’ordre dans l’appartement pour rendre le bureau et l’atelier plus fonctionnels a aidé. J’ai fait ça très lentement, vu la chaleur, et je n’ai pas fini, mais ça avance. 

            Après l’histoire de l’an dernier, la période de crise a duré très longtemps et après j’ai tellement été occupée par mon travail, mes études, ma pratique et le chiot que tout s’est accumulé. J’imagine que la pandémie n’a pas aidé mon moral non plus, même si, comme on le sait, j’aimais bien ça le confinement, moi… 

            Dans la description du dernier billet, j’ai oublié les crampes. Dans le stress post-traumatique le niveau de stress, comme le nom le suggère, est pas mal élevé et ça fait que j’ai les membres crispés et ça me fait des crampes, surtout dans les jambes, mais parfois dans les bras aussi. Ça, ce n’est pas complètement parti, mais d’autres choses vont mieux et c’est déjà ça. Je vais le prendre. 

            Quand l’anxiété a été trop forte, après l’événement, j’ai pris des médicaments contre l’anxiété. Je n’aime pas beaucoup ça et je n’en prends pas tellement souvent, mais là il me fallait de l’aide pour arriver à soulager un peu mon état. Ce n’est pas quelque chose que je recommande tellement. Mon médecin me les a prescrits parce qu’elle sait que je n’ai pas vraiment de prédisposition à la dépendance (sauf ma lutte infinie avec la cigarette qui alterne entre de longues périodes d’arrêt et des rechutes, quand ça va trop mal…). Je suis un cas particulier. Je suis résistante à la morphine (en comprimés, probablement qu’avec les doses qu’ils donnent dans les hôpitaux ce serait différent…) et d’autres médicaments ont des effets étranges aussi, mon cerveau neuro-atypique étant soupçonné de faire la différence. Ce qui fait que mon médecin n’a pas tellement peur de me prescrire des antidouleurs ou des anxiolytiques parce que je n’accroche pas… mais la plupart des gens développent des dépendances, donc soyez prudents. J’aime bien la tisane Les doigts du soleil de la Tisanerie Mandala quand j’ai un niveau d’anxiété élevé et c’est délicieux froid l’été… La passiflore a pas mal mon cœur aussi. Je l’ai tatouée sur le bras justement… La tisane d’avoine a un effet équilibrant sur le système nerveux et c’est un bon outil pour moi, parce que c’est ce qui se passe, au fond… mon système nerveux est Kaputt et il ne peut plus très bien encaisser les chocs. Parfois, je me dis que mon système nerveux est trop brisé pour que je puisse avoir des relations interpersonnelles… mais en même temps, avec les personnes qui veulent vraiment et qui sont capables d’écoute et de respect, c’est en fait généralement plutôt simple. 

            Donc j’ai fait ce que je pouvais avec ces substances pour m’apaiser. Comme j’avais de la difficulté à sortir de chez moi à cause des symptômes et de la honte qui m’emplissait même si je n’avais pas à avoir honte dans les faits, j’ai commencé par chercher à contrôler mon environnement. J’ai fait du ménage, j’ai cuisiné, j’ai joué avec Cassius, j’ai tricoté, j’ai fait des zines et des cartes d’affaires, j’ai écrit, j’ai lu et… Je commence à préparer l’automne, même s’il fait encore très chaud. Dans ce fait de placer des choses, de construire, de créer, il y a un apaisement. C’est ça qui me calme et me repose, moi. Pas m’écraser devant la télé ou ne rien faire comme on me dit toujours de faire. Je pense que l’apaisement provient en bonne partie d’une forme de retour à soi, parce que c’est un peu ce que ça me fait, le stress post-traumatique. C’est comme si ça me projetait temporairement hors de moi, et c’est ça aussi, puisque les émotions sont trop fortes et le niveau de stress trop élevé. 

            J’ai commencé à sortir peu à peu à des heures où je me sentais à l’aise de le faire et pas trop loin. Au début c’était terrible et la poitrine me brûlait d’anxiété. J’avais peur d’échapper le chien aussi. Puis j’ai allongé les promenades peu à peu. C’était difficile, mais ça c’est super important dans le stress post-traumatique. Il faut rendre sa mobilité au corps même si au début ça demande d’immenses efforts. J’ai beaucoup nagé. Une heure tous les jours où la piscine était ouverte. J’ai appris à nager très tard dans ma vie, à 32 ans et c’est une des choses qui me calment le plus. Pour moi ce n’est pas tant l’idée de devenir plus performante qui me motive. C’est plutôt comme une méditation d’une heure où je suis concentrée, justement, sur les mouvements de mon corps. Ça a quelque chose de fascinant. J’ai une bonne conscience et une bonne mémoire corporelles. Je ne sais pas comment décrire la sensation de l’eau. Je m’y attarderai demain matin, mais c’est une chose incroyable. Le soleil sur l’eau aussi. Ça me fait revenir à moi. Parfois je fais de la visualisation aussi et je me dis que ma souffrance tombe au fond de la piscine quand je suis dans le creux et j’ai l’impression d’effectivement en laisser un peu derrière moi à chaque passage de mon heure de nage. J’ai laissé dix livres et bien des pensées sombres dans le fond de cette piscine au cours du mois dernier. Il y a peut-être un corps graisseux sombre et inquiétant qui y traîne. Soyez prudents si vous y allez. 

            En parlant avec le massothérapeute de cette histoire de sidération en quelque sorte enregistrée dans mon système comme réaction à ce qui me fait mal, il a suggéré que je commence les arts martiaux. Je vais commencer par un entraînement de boxe à l’automne à l’université. Ensuite j’irai dans une école de muay-thaï près de chez moi, mais je dois me remettre un peu plus en forme avant, post mon pied brisé pendant un ans… J’ai vu aussi qu’il y a un cours de yoga pour le système nerveux, aussi, ce qui serait probablement une très bonne idée vu ma condition. J’en ai fait longtemps et ça aidait… alors autant m’y remettre. 

            Je reviens bientôt. Je serai un peu moins assidue puisque la rentrée approche à grands pas. Bonne soirée et merci d’avoir survécu à la chaleur.     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s