Le mépris (fin)

            Il n’y a malheureusement pas que dans le monde académique que le mépris est présent. Sa manifestation la plus fréquente est une forme d’arrogance vide. Bien qu’elle trahi chez la personne qui la manifeste un trouble d’estime de soi et éventuellement un trouble de personnalité, elle reste pénible pour les personnes qui la subissent. 

            Je pense entre autres à cet homme, cet été, qui m’a envoyé un message sur Instagram. C’est quelqu’un dont j’avais été curieuse à un moment, mais sans plus et mon intérêt s’était arrêté quand j’avais réalisé qu’il était en couple (en couple hétérosexuel traditionnel). Je ne lui avais pas parlé depuis très longtemps. Je reçois soudain un message qui me demande ce que je fais ce soir-là, un vendredi soir. Je lui réponds que je vais voir des amis. Il me répond immédiatement que je devrais annuler et que je ne le regretterai pas. Déjà là je trouve ça abusif. Je trouve ça bizarre qu’il puisse penser que je vais jeter à l’eau mes plans juste sur un message de sa part à la dernière minute. Ensuite il me dit une série de choses ambiguës qui m’amènent à l’hypothèse qu’il n’est peut-être plus en couple et il me dit encore d’annuler. Je lui réponds pour la deuxième fois que je ne vais pas annuler. Il commence à sérieusement me taper sur les nerfs. Puis, il se met à me parler du fait que je tremble. Il me dit que c’est vraiment cute et que ça fait que ça paraît quand quelqu’un me plaît vraiment à cause de ça. « What the fuck? », me dis-je alors. Là j’en avais vraiment assez. Je lui ai répondu que je tremble parce que je souffre de stress post-traumatique complexe chronique et que ça affecte mon système nerveux et non parce qu’une personne me plaît ou pas. Je lui ai répété que je n’annulerais pas mes plans de ce soir-là et j’ai quitté la conversation. Quelques jours plus tard, alors que je rentrais chez moi à vélo du travail, je le vois me voir sur le trottoir. Il a un bébé dans les bras. Il se retourne super vite et se met à marcher, presque à courir, comme s’il s’enfuyait de moi. J’avoue avoir été saisie d’une envie de rire tellement je trouvais la situation ridicule. L’impression qui m’est venue, c’est que sa copine devait être partie quelques jours avec le bébé et qu’il a essayé d’en profiter pour avoir une petite aventure. Ça m’a dégoûtée. Je l’ai ghosté, lui, je l’avoue… Parce que je le fais, oui, quand on me manque aussi clairement de respect.

            Il y a quelque chose de méprisant, dans cette façon qu’il a d’assumer qu’une femme qu’il ne connaît pas vraiment serait là à attendre immobile un signe de sa part pour accourir. Dans ma vingtaine, quand je dépendais plus du regard des hommes, quand j’étais désespérée parce que je me détestais, je serais probablement allée, malheureusement. Mais, de ce côté-là, j’ai vraiment changé et je les reconnais plus vite, les personnes comme lui. Je n’abandonne plus mes amis, non plus, depuis au moins dix ans maintenant. Il y a quelque chose de méprisant aussi dans la façon dont mon ancien « ami » s’est mis à me parler de mon cul et de mes seins out of nowhere, brisant notre lien d’amitié comme si je devais être contente qu’on me réduise à des parties de corps ou qu’on me sexualise hors contexte alors que je pensais être à l’abri de ça dans ce lien. Il y a quelque chose de méprisant aussi, chez l’homme fuyant, dans le fait qu’il ait tout fait pour que je m’intéresse à lui alors qu’il savait que c’était difficile et risqué pour moi alors que lui voyait ça comme quelque chose de léger dans quoi il n’avait pas vraiment l’intention de s’investir. Ce qu’il y a de commun, dans ces histoires, est une forme de mépris pour qui je suis et ce que cela me fait de me faire aborder par des hommes. Pour ma vie. Pour le fait que je suis une personne avec une intériorité et des sentiments qui préférerait vraiment être vue et traitée avec respect. Je préférerais des milliers de fois un homme qui cherche à savoir qui je suis que quelqu’un qui me réduit de cette façon. Quelqu’un qui me parle normalement, sans être dans une quelconque technique de séduction. Ça, ce serait vraiment charmant. Je sais aussi que, encore une fois, ça parle d’eux et de leur façon d’être en relation. Relations dans lesquelles je ne veux pas être s’il faut y être traitée de cette façon. Non merci. Je peux juste continuer mon chemin et me donner le respect que je mérite. 

            Il y a du mépris chez cette fille qui essayait de me faire sentir coupable d’avoir une réaction au fait qu’on dénigre gratuitement mon travail sans l’avoir compris. Il y a du mépris chez cette autre fille qui m’a raconté sa vie et qui m’a dit ne pas être mon psy quand j’ai finalement eu besoin de parler de la mienne après avoir écouté la sienne pendant des mois. Il y a du mépris aussi chez cette fille que je connais depuis des années et qui m’a bloquée après que je l’aie félicitée pour son nouveau livre sans me donner aucune explication. Il y a du mépris chez les personnes qui rabaissent mon apparence, mes rêves et mes goûts. Il y a du mépris chez les personnes qui sentent le besoin de détruire la joie des autres. Et… 

            Je comprends que ce sont des personnes malheureuses. Des personnes qui manquent de confiance en elles qui jalousent le bonheur que je peux ressentir à créer ma propre vie et à travailler pour accomplir mes rêves. Il reste que tout cela est souvent épuisant. Ce sera un de mes défis de cette année : me laisser moins abattre par les rabat-joie et les malheureux. Ça fait plusieurs mois, maintenant, que je n’ai pas eu de conflit avec qui que ce soit. Ça fait du bien. Je mène une vie plutôt calme et assez sereine, même s’il faut que je commence à réfléchir et agir plus sérieusement pour mon avenir. Un jour à la fois. J’ai confiance que, même s’il m’arrive parfois de me sentir un peu trop seule, il y a plus de bonheur à venir et que ce que je fais présentement me conduira plus loin et vers une vie plus riche que les personnes qui perdent leur temps à mépriser et rabaisser les autres.  

                  À plus!

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s