La liberté

   

         J’aurais encore énormément de choses à dire sur cette histoire qui m’est arrivée, mais je suis vraiment tannée d’en parler. Je dirai seulement pour finir que je trouve que ce que l’homme fuyant m’a fait est blessant et répugnant et que je continue parfois à avoir des moments de non-sens où l’absurdité totale et la cruauté de ce qu’il m’a fait m’assomment encore. Le fait qu’il l’ait fait en sachant ce que j’ai vécu est encore plus aberrant et incroyable pour moi. Cela dénote une absence totale de conscience de l’autre ou alors peut-être un trouble mental. Cela dénote en tout cas un manque de respect très grave. J’espère que la vie le lui rendra. Ça a été un véritable cauchemar pour moi, avec des conséquences très graves et longues dont certaines persisteront à travers le temps malheureusement. Je ne lui ai rien fait pour mériter d’être traitée de cette façon. Il a fallu qu’il invente des problèmes pour que ça chie. C’est quand même incroyable. 

            L’exemple que je donnais de ma belle-sœur qui a fini par voir le vrai visage de mon père résume assez ce que je pense qu’il arrive à ces personnes. Ça prend du temps, parfois, mais avec le temps, les autres finissent aussi par voir qui ils sont et les personnes qui ont douté de votre interprétation se sentent mal de ne pas vous avoir cru dès le départ. Quand on vit une histoire malsaine comme ça, parfois les gens nous disent de vite ne plus y penser. Ils ont tendance à sous-estimer ce que ça fait. Ils pensent que c’est juste une banale rupture. Ce n’est pas vrai. Dans les relations « normales » au sens de « au moins minimalement saines », les gens n’inventent pas une fausse personnalité et des mensonges afin de vous séduire. Certaines veulent mieux paraître, oui, mais vous n’avez pas à vivre le choc de découvrir que la personne qui vous attirait n’existe absolument pas… et, dans mon cas, que ce ne soit pas la première fois qu’on vous fait ça et que donc ce soit un choc psychologique grave de découvrir tous ces mensonges. 

            Je ne me fais pas berner parce que je serais stupide. La manipulation n’a rien à voir avec l’intelligence. Les surdoués sont en fait le groupe de personnes le plus facilement manipulable. Pourquoi? Parce que comme les autres les trouvent bizarres sans comprendre d’où vient leur différence, ils ont souvent vécu beaucoup de rejet dans leur vie et ont vraiment besoin d’amour. Les gens n’aiment pas ça tant que ça, la différence. Ils font semblant. Quand elle se présente à eux, souvent, ils tapent dessus. Donc quelqu’un comme moi qui a vécu énormément de violence dès l’enfance, c’est assez facile à berner… Donc il n’a aucun mérite. Je ne suis par contre facile à berner qu’un temps. J’étais attachée et « en espoir », si on veut. Pas amoureuse parce que pour moi l’amour est un choix et je n’étais pas rendue là encore parce que je ne le connaissais pas assez. Mais peut-être qu’il a pris mon intensité pour ça, de l’amour… et cela l’a conduit à me sous-estimer. À un moment donné, toutes les connaissances que j’ai acquises sur la violence et la manipulation me reviennent à l’esprit et alors je vois clairement ce qu’il se passe. J’aurais aimé avoir tort. Il faudra que j’écoute davantage mon instinct.  

            Je suis tannée d’être sous-estimée. Dans toutes les déceptions affectives et amicales que j’ai eues, je ne me souviens d’aucune personne qui ait fait un effort réel pour me connaître. Je ne peux donc pas dire que c’est vraiment moi qu’on rejette. Souvent les personnes m’ont projeté dessus leurs propres problèmes aussi. C’est terrible quand ça arrive. Je ressens une telle injustice. Par exemple la fille qui dit que je ne l’écoute pas mais qui joue à des jeux vidéo dans ma face les rares fois où on se voit… Je suis souvent jugée. Jamais aucun homme ne m’a demandé c’était quoi pour moi une relation ni ce que je voulais. En 40 ans. Jamais. Ils ont toujours assumé que j’étais comme-ci ou comme ça, que je voulais ci ou ça, et décidé dans leur tête de qui je suis sans jamais vérifier. C’est vraiment très violent à vivre. Alors que moi, j’essaie de comprendre, j’écoute et j’enregistre tout et je me fais une responsabilité de voir leurs qualités et leurs défauts… C’est pénible à la fin… épuisant et injuste de ne même jamais être traitée comme une personne. Je ne suis heureusement pas assez dupe pour penser qu’ils font ça à moi seulement. 

            Aussi, c’est très rare, les femmes surdouées qui sont en couple à long terme. J’en connais deux. Les statistiques montrent plutôt que souvent les hommes fuient quand ils l’apprennent… Encore en 2021, oui… Ça aussi, c’est pénible et épuisant. C’est aussi très injuste d’être aussitôt discriminée pour quelque chose qui relève de notre naissance et non de notre choix. J’ai longtemps eu cette idée que ce que je suis n’est bon à aimer pour personne. Je ne le pense plus. Je ne veux quand même plus vraiment chercher à être aimée. Je me fiche qu’on m’aime ou pas. Après tout, je ne les aime pas non plus, ces personnes qui me violentent. Elles ne le méritent pas. Je veux vivre ma vie comme je l’entends et être libre. Si un jour quelqu’un fait des efforts pour être là et vivre une relation réelle où les deux personnes comptent, je verrai si ça me tente… mais sinon, honnêtement, qu’ils aillent se faire voir. Je suis tannée d’avoir à e remettre et me reconstruire pour des personnes qui ne font aucun effort pour moi, qui ne réfléchissent pas et qui ne règlent pas leurs problèmes. C’est honteux et violent, encore une fois.

              Malgré tout cela, je confirme que je suis redevenue heureuse depuis quelques jours. Il y aura encore des moments difficiles, c’est certain, mais je pense que j’ai effectivement la tête hors de l’eau. Je vais entrer dans une phase de soin de moi vraiment intense. J’en ai besoin pour me recharger. Je suis heureuse d’avoir du temps et de l’énergie pour retourner à travailler à mes rêves. Je suis heureuse de ne plus avoir des personnes négatives autour de moi qui cherchent à me dire que mes rêves sont impossibles et que je serai incapable de les réaliser. Je peux faire et apprendre tout ce que je veux. Il n’en tient qu’à moi.  

            J’ai sorti des photos de moi, enfant, pour ce billet… On peut y voir que souvent j’avais peur et que je n’ai pas l’air très heureuse sur une partie d’entre elles. Il faut que je l’aime et que je lui donne ce qu’elle veut, cette petite fille effrayée et triste. Il faut que je lui recrée une vie. Je l’ai payée chèrement, la liberté d’être moi. Ça m’a pris des années de travail et d’efforts incessants. Je compte bien en profiter maintenant. Je vais la construire comme je la veux, ma vie atypique. J’en ai la force et le courage, peu importe si j’y reçois de l’amour ou pas. Je serai la petite cowgirl badass, là…

            À plus! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s