S’avaler (Partie 3)

            « LES FILLES AIMENT LES CRÊPES !!!! »

 

            Celui-là ne sera pas très long… j’ai besoin d’écrire sur autre chose… mais voilà quand même une petite fin.

            Du plus loin que je me souvienne, j’ai détesté mon corps et le fait d’être une femme. À l’âge de 14 ans, j’ai commencé à faire du mal à ce corps et à vouloir l’effacer. Ça ne venait pas que de moi. Ça venait en partie de ma famille, ça venait de la société, ça a plus tard été empiré par les personnes que j’ai rencontrées.

            Même quand on en est consciente, en tant que femme, la société réussit à nous envoyer toutes sortes de messages toxiques qui nous hantent. Ça va des choses qu’il faut manger à comment s’habiller, comment marcher, bouger, penser, respirer… comment être une femme, en dehors et à l’intérieur. Nous sommes aussi toujours commentées par tout le monde extérieurement et intérieurement, si jamais quelqu’un fait l’effort de dépasser l’image de notre corps. C’est très difficile de se détacher complètement de ces idées parce que les messages sont partout et les attitudes sont normalisées.

            Je me suis fait dire un nombre infini de fois que ce que je suis n’est pas très féminin. Je me suis fait recommander de faire semblant d’être moins intelligente pour être moins menaçante pour les hommes, parce qu’ils n’aiment pas ça, une femme plus intelligente qu’eux… et comme je suis surdouée, ça arrive souvent que je suis plus intelligente qu’eux… J’ai vu des hommes pleurer plusieurs fois dans mes bras justement parce qu’ils me trouvaient plus intelligente qu’eux et ne pouvait pas être en couple avec quelqu’un comme ça… Mes agressions m’ont donné l’impression que mon corps était sale. Même maigre à certains moments, j’ai toujours eu l’impression d’être obèse… de ne pas être comme il le fallait… Et la honte… la honte de tout même juste d’avoir besoin de respirer.

            C’est très difficile d’imaginer à quel point ça va loin. Les femmes sont confrontées à toutes sortes d’attentes plus absurdes les unes que les autres. Une fois, un homme m’a engueulée parce que je ne sautais pas de joie après qu’il m’ait fait des crêpes pour souper. Il ne m’avait jamais demandé si j’aimais les crêpes, ce qui n’est pas le cas. C’est l’une des rares choses qui me roulent dans la bouche et me dégoûtent un peu. L’envie de manger une crêpe doit me venir une fois tous les cinq ans maximum et généralement à l’heure du petit déjeuner… pas pour souper, même si je sais qu’il existe des recettes de crêpes salées. Il hurlait : « Les filles aiment les crêpes ! Tu es supposée être contente et satisfaite que je t’aie fait quelque chose de spécial pour souper ! ». Il me semble que quelque chose de spécial ça aurait été de me demander ce que j’aimais et ensuite de le faire. Pas d’écouter des stéréotypes sociaux minables selon lesquels les femmes aiment les affaires cutes sucrées et ensuite essayer de me faire rentrer de force dedans tout en essayant de me convaincre que c’était atroce et honteux de ma part de ne pas être comme ça.

            « LES FILLES AIMENT LES CRÊPES !!!! »

            C’est juste à 28 ans, que j’ai commencé à accepter d’être une femme. C’est tard… Ça a beaucoup été compliqué par mes relations avec les femmes aussi. Je me suis rendue compte récemment que pendant quelques années, certaines femmes que j’admirais travaillaient en fait à me détruire. Ça m’est apparu clairement quand j’en ai croisé une cette année qui m’a répondu comme si j’étais une moins que rien quand je lui ai parlé, et ce, sans raison que je pouvais identifier… à l’époque, je pensais que j’étais parano et que c’était « dans ma tête »… mais non. C’est bien là, cette agressivité… Peut-être de la jalousie, même si la cause m’en échappe complètement. Même quand je les aime, souvent les femmes ne m’aiment pas. Peut-être parce que je n’accepte pas de me soumettre aux versions de la féminité acceptées… et ça, c’est inquiétant pour certaines personnes parce que ça les remet trop en question. Un homme m’a dit que c’était parce que j’étais belle et que si j’étais laide les femmes m’aimeraient. Je n’ai jamais pensé que j’étais belle. Surtout pas assez pour être détestée en raison de cela… Peu importe la raison de ces maltraitances, il y a heureusement des exceptions et je commence à aimer de plus en plus passer du temps avec des femmes. Je travaille pour elles dans mon enseignement depuis douze ans maintenant. Ce serait le temps qu’elles en prennent un peu conscience. Mes étudiantes le font, au moins, c’est déjà ça.

            Ça fait dix ans que j’ai commencé à accepter, donc, et ce n’est pas réglé. Je commence à faire la paix avec mon corps et je veux bien entrer dans une démarche pour l’aimer plus, ce corps que j’ai trop essayé de soumettre plutôt que d’en prendre soin. Un jour à la fois, j’y arriverai. Je ne serai jamais ce qu’un homme veut que je sois. C’est complètement ridicule cette demande. J’ai fréquenté des hommes de tous genres et je ne leur ai jamais demandé de se conformer à ce que je voulais. Je n’accepterai plus jamais qu’on essaie de me soumettre ainsi. Je veux vivre et c’est ce que je vais faire en quittant la honte, en y mettant tous les efforts nécessaires. Les insatisfaits iront se faire voir !

            Je suis allée consulter pour mon trouble alimentaire finalement. Comme je le pensais, il est probablement lié aux agressions que j’ai subies. La diététicienne m’a par contre aussi appris qu’en fait j’engraisse surtout parce que je ne mange pas assez… L’hypothèse semble confirmée dans la mesure où j’ai perdu 4 livres en moins de deux semaines en mangeant plus… Je vais continuer le suivi et voir où cela me mènera. Ça fait du bien de se sentir accompagnée en tout cas.

Ça peut sembler être de vieilles idées, mais ce n’est pas vraiment le cas. Même si on a fait des progrès, beaucoup trop de personnes pensent encore comme cela et utilisent ces vieilles idées pour dénigrer les autres. Aussi, ces idées étaient très courantes quand j’ai commencé à me développer comme personne. Elles m’ont donc complètement pénétrée à des moments cruciaux de mon développement. Ce pourquoi il est difficile de les évacuer complètement.

            Je reviendrai sur certains trucs, mais il est arrivé quelque chose cette semaine que je veux aborder dans les prochains jours.

            À bientôt et bonne journée !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s