Se placer en position d’infériorité (2)


            Il y a quelques jours, j’ai terminé une relation amicale. Enfin… ça n’était pas vraiment une relation amicale, je pense, parce que la personne à qui j’étais liée ne semblait pas du tout vouloir mon bien. Elle ne semblait surtout pas vouloir que je sois moi, ce qui n’est pas sain dans une amitié. 

            J’avais rencontré pour la première fois cette personne dans un cours de yoga. Je n’avais pas eu trop envie de lui parler pendant cette expérience parce qu’il faisait toujours beaucoup de bruit dans le cours et je trouvais ça irrespectueux et énervant. Oui, il y a certaines respirations yogiques qui sont plus bruyantes que d’autres, mais pas à ce point-là et faire autant de bruit dans un endroit où les gens vont pour relaxer, c’est clairement une marque d’égocentrisme et un manque de respect. Aussi, j’étais là pour me remettre de mon état de stress post-traumatique et non pour parler à tout le monde, donc je ne faisais pas d’efforts particuliers pour socialiser. Il y a quelques semaines, il m’est revenu là-dessus en me disant que j’étais incroyablement timide parce qu’il n’arrivait pas à avoir un regard direct de ma part. Je ne suis pas incroyablement timide. Je suis un peu timide. J’ai aussi longtemps manqué de confiance en moi dans ma vie. Je suis aussi très introvertie, ce qui fait que je n’ai pas souvent envie de parler à tout le monde. Je n’ai pas envie de voir des gens très souvent en fait, ce qui est typique de l’introversion. C’est un premier exemple de comment il s’agit d’une personne qui aime dire aux autres ce qu’ils sont, plutôt que de leur demander.  

            Je l’ai recroisé l’an dernier, je pense, au printemps ou quelque chose comme ça… un peu avant la saison des jardins en tout cas et il a commencé à me parler. On a échangé nos numéros et on s’est mis à se parler un peu plus souvent. Il venait de m’arriver une histoire vraiment moche avec un gars désagréable qui pense qu’il est super important de protéger son droit de rire des blagues sur le viol. J’étais un peu amochée par ce qui s’était passé avec lui. Puis, l’homme du cours de yoga m’a ajoutée sur Facebook. Nous sommes devenus « amis ». 

            Il est homosexuel. Je le précise pour écarter de votre perception de son comportement le fait qu’il aurait pu agir comme il le fait parce qu’il aurait été amoureux ou aurait voulu coucher avec moi. Ce n’est pas le cas. 

            Quelques semaines plus tard, il m’a demandé d’arroser son jardin pendant qu’il serait en voyage. Je n’ai aucune idée pourquoi il n’a pas demandé à quelqu’un qui est dans son jardin. Il me semble que ça aurait été plus simple. Aussi, il savait que j’enseignais deux cours d’été pendant ces semaines-là, ce qui implique une charge de travail énorme qui fait que je n’avais pas vraiment le temps de m’occuper de son jardin en plus du mien. J’ai quand même accepté de le faire et je l’ai fait avec assiduité pendant tout le temps où il était parti. 

            La deuxième chose que j’ai remarquée à son sujet était aussi liée au bruit. C’est quelqu’un qui fait énormément de bruits bizarres. Des bruits décalés. Des bruits déplacés. Je n’en ai pas trop fait de cas, mais ça m’énervait. Ces bruits sont principalement des rires, des ricanements et des gloussements moqueurs dans des moments inadaptés. Par exemple, si vous lui parlez de quelque chose qui est important pour vous ou de quelque chose de triste qui vous est arrivé, il va glousser et faire un sourire moqueur, comme si ce que vous disiez était complètement ridicule ou non important. Il y a des personnes qui sont maladroites et font des sons comme ça par malaise. Il y a par contre aussi des personnes qui font ce genre de chose pour vous manipuler. Pour vous faire sentir ridicule dans ce que vous vivez et ce que vous exprimez. Je pense que dans son cas c’est la deuxième option. Ce qui me fait affirmer ça est le fait que quand je le questionnais sur ce qu’il pensait ou pourquoi il réagissait comme ça, il ne répondait pas. C’est assez subtil comme comportement d’abus, mais c’est très réel. Le but est de vous faire douter de vous sans que cela semble trop agressif et que ce soit facilement niable après. 

            Assez tôt, j’ai aussi remarqué qu’il avait tendance à faire des remarques bizarres. Des genres de blagues qui n’en sont pas. À l’époque, j’avais laissé passer parce que je me sentais un peu seule. Je n’avais pas travaillé pendant les mois précédents. Je ne suivais pas de cours. Je n’avais pas accepté le fait que j’étais introvertie et je me sentais anormale de ne pas rechercher plus la compagnie des autres. L’amie dont j’étais la plus proche venait de sombrer dans une relation amoureuse fusionnelle et j’avais fait beaucoup de ménage dans mes relations aussi. Mon autre ami très proche travaillait beaucoup. Ma belle-sœur et mon frère avaient changé de pays. Une autre amie proche vivait loin. Je me sentais un peu seule, donc je l’ai facilement laissé entrer dans ma vie et j’ai mis de côté mes inquiétudes.

            Ensuite, une autre chose qui me mettait mal à l’aise est le fait qu’il a tendance à trop faire de cadeaux et de compliments. Ce sont deux autres comportements qui sont typiquement des comportements manipulateurs. Il n’y a aucun mal à gâter les autres et leur faire des cadeaux de temps à autres, mais il y a des personnes qui font cela pour vous rendre redevable ou pour vous faire croire qu’ils sont de bonnes personnes incroyablement généreuses. C’est la même chose pour les compliments. C’est normal, sain et correct d’en faire. Mais quand quelqu’un nous fait constamment des compliments mielleux selon lesquels tout ce qu’on fait est bien, voire extraordinaire et que les compliments nous semblent en fait être exagérés ou s’adresser à quelqu’un d’autre, il y a quelque chose qui n’est pas net dans la situation. Comme j’avais été beaucoup critiquée dans les mois précédents, j’ai laissé passer ça aussi. Je me suis dit que j’étais entrée dans une relation amicale plus valorisante.  

            Je pensais surtout qu’il m’était supérieur et que c’était comme un cadeau qu’il me faisait de faire partie de ma vie. C’est quelqu’un qui travaille dans le milieu des arts et j’ai cru que ce serait agréable d’avoir une personne de plus avec qui parler de ces choses. C’est quelqu’un qui a une maison (plus qu’une en fait), une voiture, beaucoup d’argent et… Je me sentais alors en retard par rapport à où je pensais que je devais être dans ma vie et ça me faisait me sentir comme étant inférieure. Je n’avais pas encore compris qu’il n’y a pas qu’un seul chemin ni un ordre dans lequel il faut faire les choses. Je n’avais pas pris confiance en moi et en ce que je crois… 

            Dans le prochain billet je raconterai la suite de l’histoire et je continuerai à exposer les comportements manipulateurs et violents de cette personne. 

            Bonne journée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s