Apprendre à dessiner

            Dans le présent, je continue mon cours de dessin. J’apprends à être humble et à travailler plus régulièrement. C’est parfois difficile. Je dois dire que je me sens comme devant une montagne plus impressionnante que d’autres que j’ai gravies. C’est parce qu’elle est très importante pour moi. J’ai l’idée et le sentiment que je peux réussir, mais je sais que la pente sera raide. Un pas et un jour à la fois…

            J’apprends beaucoup d’autres choses aussi.

            À chaque cours, nous faisons des exercices pour s’échauffer. Une partie de moi a l’impression de gaspiller du papier et je dois encore accepter que cela fait partie du processus et cesser d’économiser sur tout. Je veux cesser d’être paralysée devant la feuille de papier. Une partie de moi semble encore penser que je n’ai pas le droit d’y toucher.

            Je veux cesser de m’empêcher d’exister et de me manifester.

IMG_2127IMG_2129

                       On peut voir que le premier échauffement était plutôt timide, alors que le deuxième commence à devenir un peu plus exalté. Je me donne peu à peu le droit d’expérimenter et de faire ce dont j’ai envie. C’est une très bonne chose.

            Les deux dernières semaines, nous avons travaillé des choses nouvelles pour moi. Nous avons fait des exercices tirés du livre de Betty Edwards, Drawing on the Right Side of the Brain, si jamais vous avez envie de l’explorer aussi et de reproduire les exercices.

            Nous avons travaillé à renverser des images de diverses façons. Il y a eu le fameux vase/visage, qui est encore très difficile pour moi. Mon cerveau refuse la symétrie… mais je pense que c’est normal en fait. Il faudra surtout pratiquer davantage. J’ai aussi une forme de rébellion personnelle envers la symétrie (à part dans certaines circonstances très précises), mais c’est une autre histoire…

IMG_2128

            Ensuite, le prof en a fait une version plus ludique dans laquelle nous devions dessiner des vases/monstres cette fois. C’était amusant de les imaginer.

IMG_2130

            Il faut repasser plusieurs fois sur les lignes pour essayer de reproduire les deux côtés parfaitement. On peut voir que du côté droit, le côté inversé, même si la ligne existe, le cerveau qui n’a jamais fait cela (le mien ici, oui) a de la difficulté à la reproduire exactement.

            Ou peut-être que j’allais trop vite. Je veux toujours aller trop vite. C’était le cas dans les exercices suivants. Il faut que j’apprenne à prendre mon temps et à me laisser le temps d’apprendre.

            Après, il a fallu dessiner des images placées à l’envers devant nous. C’est là que j’ai commencé à voir plus clairement le chemin qu’il me reste à faire. Je n’ai aucune idée de comment établir les proportions d’une image. Mon œil n’est pas entraîné à cela et je n’ai jamais appris avant aujourd’hui. Ça a quand même donné cette version amaigrie d’une image de femme renversée.

IMG_2126

            J’ai eu un moment de honte quand le prof, qui n’explique pas toujours beaucoup à moins qu’il ne remarque qu’on est perdu dans le fond d’un champ et qu’on n’y arrivera pas sans lui, est venu me dire que c’était vraiment mauvais.

            Mon cœur s’est arrêté. J’ai eu le souffle coupé. J’ai eu l’impression que j’allais mourir. Je suis encore facilement troublée malheureusement. J’ai encore en moi cette idée que je dois tout réussir parfaitement même si ça présence se fait plus discrète au quotidien. Je me suis sentie mal pendant plusieurs minutes du cours, mais moins longtemps que je l’aurais été avant, je crois.

            Pendant que je dessine, je remarque que j’alterne entre oublier l’existence de mon corps et sentir sa présence et ses limitations de façon douloureuse. Le yoga m’a aidée beaucoup dans ma quête de recommencer à sentir mon corps. Mon corps était en quelque sorte disparu de ma conscience pendant longtemps après mes agressions. J’ai cherché à l’effacer.

            Maintenant, j’ai besoin d’apprendre à m’en servir autrement. J’ai besoin de rattacher mon esprit à mon corps de différentes façons. Sentir le papier contre le côté de ma main, le crayon ou le fusain dans ma main, ma main rattachée à mon bras en mouvement, l’articulation du coude, de l’épaule, la position de ma tête… tout cela.

            J’ai besoin d’apprendre à regarder aussi… À regarder tranquillement, en prenant mon temps. J’ai aussi le regard fuyant depuis les violences vécues. J’ai de la difficulté à accepter de le poser longtemps quelque part. Je regarde plus en dedans qu’à l’extérieur. J’ai la pensée qui envahit ma vision parfois. Trop souvent en fait.

            Les exercices que le professeur nous a fait faire par la suite peuvent aider avec cela. Nous avons dû dessiner notre main en regardant seulement la main et sans jamais regarder la feuille sur laquelle nous dessinons. J’aimais cela, parce que ça démontre justement à quel point je ne suis pas encore tout à fait consciente des mouvements de mon corps dans l’espace et comment je veux aller trop vite.

            Après il fallait dessiner à nouveau la main, mais cette fois en ayant le droit de regarder la feuille au moment où on commence une nouvelle ligne. Le fait que pendant les premiers dessins nous devions nous concentrer sur chacune des lignes de la main, fait que dans la dernière version, les détails sont intégrés beaucoup plus facilement dans l’image.

IMG_2118IMG_2116IMG_2119IMG_2117

            Je trouve les résultats fascinants. Dans la deuxième image, les lignes d’une main se retrouvent dans le dessin précédent, soulignant mes difficultés que je peux accepter plus facilement en raison des contraintes physiques qui nous étaient imposées.

            Ensuite nous avons dessiné des personnes dans la classe. J’ai revécu un peu la honte que j’avais vécu la première fois que j’avais dû faire le portrait de quelqu’un d’autre. Une sorte de reste de peur de ne pas être aimée parce que mon dessin est laid. C’est passé très rapidement par contre parce qu’à ce moment-là, je commençais à sérieusement m’amuser.

            Cela donne d’étranges petits humains, tous un peu dévorés par leurs cheveux. Je ne sais pas pourquoi.

IMG_2120IMG_2121IMG_2123IMG_2122

            Je n’aime pas beaucoup le portrait que j’ai fait à la fin de la femme avec qui je travaillais, mais elle se trouvait plus jolie… J’imagine… Je préfère quand même les autres. Ils feront de bons personnages.

            Je remarque que quand je ne regarde pas, quand je devrais visualiser dans mon esprit et envoyer des consignes à ma main, j’ai plutôt tendance à imaginer et à tirer vers la bande dessinée. Peut-être parce que j’ai plus fait cela que des dessins réalistes. Ça m’amuse et m’intéresse beaucoup plus que le dessin réaliste d’ailleurs.

            Je vais quand même me forcer à apprendre à dessiner de façon réaliste, parce que ça m’aidera. Je le sens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s