Se placer en position d’infériorité (fin)

            C’est d’une condescendance infinie de penser qu’on peut apprendre aux autres à vivre… qu’on peut leur donner des leçons de vie. Surtout quand on n’a aucune idée de pourquoi ils agissent comme ils le font… 

            Un des derniers messages de l’ami à qui j’ai arrêté de parler il y a quelques mois commençait par un : « Je te le dis, parce que c’est important pour ton développement personnel »… une autre variante du « C’est pour ton bien » qui accompagne tant de violences. Comme si lui était plus développé personnellement que moi… Comme si lui savait comment vivre et comment je dois absolument me développer… Comme si je devais me développer de façon à lui plaire parce que son jugement est universel… Comme s’il avait la réponse de ma vie… 

            Condescendance infinie. 

            Ce qu’il faut en comprendre, c’est que je serais plus agréable pour lui si j’agissais comme il me conseille de le faire. Je n’ai pas du tout envie de cela… heureusement pour moi, parce qu’agir comme il me veut, ça me tuerait, ça me ferait revenir en arrière et défaire les progrès que j’ai faits dans mon cheminement.  

            Il me dit dans ce message que je suis incapable de prendre la critique. J’accepte la critique constructive. Pas de me faire dire des niaiseries destructrices… Critiquer n’est pas dire à l’autre qui être et quoi faire. Ce n’est pas faire ce qu’il fait. Une critique est plus du côté de la suggestion que de l’ordre. Une critique veut le bien de l’autre, pas sa soumission à nos idéaux. 

            Il ose aussi me dire qu’il faudrait que j’apprenne à rester en relation au-delà du premier conflit… Je n’ai jamais quitté une relation au premier conflit. Jamais. À aucun moment dans ma vie je n’ai fait ça. Chaque fois que j’ai mis fin à une relation, c’est parce qu’elle me causait plusieurs problèmes depuis plusieurs mois, voire souvent plusieurs années… Sa perception de moi et de ma vie est tellement fausse et condescendante que ça me donne la nausée. Ça me montre aussi qu’il n’a absolument aucune idée de qui je suis et de ce que j’ai vécu. Ça fait à peine deux ans que j’ai arrêté d’avoir peur d’être seule et que j’ai commencé à être capable de quitter des relations qui me font plus de mal que de bien. Pour arriver à ce résultat, ça m’a pris 9 ans de thérapie… Ça veut dire que j’ai passé des décennies à rester dans des relations très longtemps, souvent même bien au-delà du moment où j’aurais dû quitter. C’est la raison pourquoi j’ai vécu des relations où il y avait de la violence conjugale : parce que je reste trop longtemps. Pas parce que je pars au premier obstacle. D’ailleurs, quelques semaines avant, lui-même me disait qu’il était découragé que je sois restée dans une relation amicale qui me nuisait pendant aussi longtemps… que j’avais été plus que gentille… mais encore une fois c’est ça la manipulation : ne pas être gêné de dire une chose et son contraire d’un jour à l’autre en fonction de ce qui nous arrange et nous permet de sauver la face. Je répète : j’ai eu besoin d’être traitée en psychothérapie pendant 9 ans avant d’apprendre à quitter des relations. Donc non… Je ne suis pas près de défaire ce que ça m’a pris 9 ans pour construire pour endurer plus les personnes qui me manquent de respect comme il le fait. 

            Il m’accuse ensuite d’abuser du concept de « toxicité » alors que c’est un mot que je n’utilise pratiquement jamais. Je ne l’utilise jamais pour parler d’une personne en tout cas. Je dirais éventuellement qu’un comportement, qu’une situation ou qu’une relation sont toxiques, mais pas une personne. Ce n’est pas un concept dans lequel je crois. Je ne l’utilise donc pas. Il ne me connait pas s’il pense que je n’ai pas cherché 50 milles explications dans lesquelles c’était moi qui étais la cause du problème avant de finalement me décider à me détourner des personnes que j’ai sorties de ma vie. Il ne me connaît pas non plus s’il pense que je n’ai pas d’intégrité intellectuelle et que je galvauderais des faux concepts psychologiques comme celui de « personne toxique » pour avoir raison. C’est du grand n’importe quoi. J’ai un doctorat… Je sais faire de la rechercher honnête et sérieuse. 

            Lire ses messages, ça me donne l’impression qu’il parle à quelqu’un d’autre que moi et c’est vraiment perturbant. Je suis là à me demander : « Mais à qui il parle ? ». Je pense que c’est ce qui est le plus étrange dans cette expérience. Je lis ses messages et les choses qu’il me reproche sont l’opposé total de qui je suis et des choses qui se passent ou se sont passées dans ma vie. Sa lecture et sa compréhension de qui je suis, de ce que j’ai vécu et de ce que je pense sont si fausses, superficielles et simplettes qu’on dirait une caricature. Souvent, la personne manipulatrice parle effectivement à quelqu’un d’autre. Soit elle utilise des reproches clichés en espérant que quelque chose vous colle dessus. Soit elle parle d’elle-même. Elle ne parle jamais de vous réellement. Il reste que souvent les manipulateurs ont l’air convaincus et c’est ce qui nous fait douter justement. Mais les personnes honnêtes n’essaieront justement généralement pas d’écraser l’autre. Elles diront que la situation ne fait pas leur affaire, expliqueront éventuellement ce qui les blesse et exprimeront qu’elles préfèrent mettre fin à la relation, c’est tout. Elles se défendront par contre peut-être férocement si on les attaque par la suite. 

            J’avais été très polie quand je lui avais expliqué pourquoi j’avais effacé son commentaire sous la photo. Ensuite il s’est mis à me dire plein de niaiseries haineuses pour ensuite me dire de ne plus lui répondre sur les réseaux sociaux. Ça aussi c’est une pratique de manipulation de base. Dire à une personne des horreurs, puis lui dire de se taire, puis l’accuser d’être irrespectueuse si elle ne le fait pas. Ce n’est pas poser ses limites, c’est agresser l’autre et prostituer les concepts de frontières et de limites qui doivent servir à nous protéger et non à confiner l’autre au mutisme après qu’on lui ait fait du mal. J’avais eu une variante de ça aussi l’automne dernier. J’avais écris un message poli à une amie pour lui dire que j’étais malheureuse dans notre amitié et que je préférais y mettre fin. Elle s’est alors mise à m’écrire plein d’horreurs pour ensuite me dire que je pouvais continuer à lui écrire des choses négatives, mais qu’elle avait mieux à faire… alors que la personne qui écrivait les choses négatives, c’était elle… Ce ne sont pas des façons de communiquer saines ni matures. C’est ridicule de faire ça à quelqu’un d’autre. C’est très enfantin. C’est irrespectueux. C’est agressant. 

            Ensuite, le fameux « ami » s’est mis à sortir de faux arguments, me disant que mon psy me donnera toujours raison puisque c’est moi qui présente la situation. Il n’a pas dû rencontrer des psys très professionnels s’ils ne lui ont pas posé de questions sur le contexte ni demandé de se mettre à la place de l’autre… Ou alors il n’est jamais allé en thérapie… parce que c’est exactement ça l’image que les personnes qui ne sont jamais allées voir un psychologue se font de la thérapie. Elles pensent que le psy donne toujours raison au patient. Si un psy ne remet pas en question votre perception des évènements et de vos relations pour vous amener à voir les choses autrement avant de prendre des décisions, vous devez cesser de le voir, demander un remboursement et porter plainte auprès de l’ordre pour lequel il travaille… Mais c’est aussi une technique de manipulation classique. Le manipulateur va essayer de vous faire douter de quiconque pourrait s’opposer à la perception qu’il veut que vous ayez de lui : Thérapeute, amis, experts en santé mentale, famille… Le but étant de vous faire croire que vous ne pouvez avoir confiance en personne, pas même vous et que vous êtes en plein délire. Il a prétendu que mes amis me donneraient aussi toujours raison… mais c’est le même argument en fait : si vos amis vous donnent toujours raison, il faut changer d’amis. Ce ne sont pas de bons amis. 

            Il a finalement eu l’indécence de prétendre que lui, sur le plan psychologique, était dans l’écoute de l’Autre et la compassion… pour me traiter de folle deux minutes après. Il prétend que sa démarche spirituelle appelle à la compassion et à considérer l’Autre et passe ensuite son temps à m’envoyer des messages pour rire de choses que font des personnes que j’aime. Oui… c’est super cohérent avec le fait d’être « tourné vers l’Autre » et plein de compassion… Il a réellement écrit à la fin de sa crise de nerfs : « Tu es vraiment folle ». Super compassion… Il y a des moines bouddhistes qui doivent se retourner dans leur tombe devant cette utilisation modèle du concept de compassion… Personne n’est autorisé à jeter un doute sur la santé mentale d’une autre personne. C’est illégal… Mais bon… Puisqu’il fait de la vitesse, conduit en état d’ébriété et a d’autres comportements du genre on aura compris que les lois et les règles ne s’appliquent pas à monsieur… Il reste que ce qu’il faut retenir, c’est que personne n’a le droit de vous faire douter de votre santé mentale. C’est possible de dire à quelqu’un qu’on pense qu’il aurait peut-être besoin d’aide avec un aspect de sa vie : alcool, violence… mais dire à quelqu’un qu’il est fou, c’est inadmissible. Jetez hors de votre vie quiconque essaie de vous faire croire que vous souffrez de folie. Ça n’existe pas la folie, d’ailleurs… Donc c’est toujours, absolument toujours, de la connerie et de la violence quand une personne vous dit cela. 

            Comment est-ce que j’ai fait pour me rendre-là ? Pourquoi est-ce que je ne me suis pas révoltée avant ? Comment ça se fait que j’ai enduré tout ça sans rien dire ? Pourquoi je ne suis pas partie quand il m’a dit que je devrais aller promener mon chien alors que je l’avais promené une heure un peu plus tôt et que lui ne m’avait pas demandé si je l’avais fait ou pas ? Pourquoi j’ai continué à l’écouter parler après qu’il ait dit qu’il refusait d’aller à l’épicerie parce qu’il ne voulait pas voir « les gais avec leurs petits paniers » (Je cite) ? Quand on est rendu à snober l’épicerie, ça ne va pas. Pourquoi est-ce que je ne l’ai pas envoyé chier quand il m’a repris en me parlant comme à une enfant au sujet d’un mot que j’avais utilisé ? C’est moi qui enseigne la langue et je ne parle jamais comme ça à quelqu’un qui fait une erreur… Je ne reprends pratiquement personne dans la vie en fait. Je corrige juste les copies de mes étudiants. Pourquoi est-ce que je n’ai pas arrêté de lui parler quand il m’a demandé mesquinement depuis quand j’étais une artiste après que j’avais fait une blague sur mon éventuelle future carrière, alors que quelques mois plus tôt il m’avait dit que les personnes qui m’avaient dit dans le passé que je n’étais pas une artiste ne savaient pas de quoi elles parlaient… Encore une fois, aucune gêne à se contredire lui-même… Pourquoi je n’ai pas juste compris qu’il n’avait pas d’empathie quand il a trouvé super drôle que je n’aie pas d’argent pour m’acheter des vêtements d’été ? 

            La vérité c’est que j’ai vu tout ça passer… Ce sont des petites et des grosses choses. La personne manipulatrice commence par reprocher de petites choses pour voir si vous aller laisser passer… et si oui, elle dit et fait des choses de plus en plus graves pour essayer de vous dominer de plus en plus et éventuellement de vous soumettre. La vérité c’est aussi que j’ai encore des traces de mon passé en moi et que souvent je ne réagis pas assez vite à ces commentaires méprisants. J’endure trop. Je vois l’autre comme sachant mieux ou étant mieux que moi… et ça fait que je me soumets un peu trop longtemps. J’ai donc le problème inverse que celui dont il m’accuse et c’est sur cela que je dois impérativement travailler dans toutes mes autres relations à partir de maintenant.  

            Il m’accusait finalement d’être à l’origine du conflit. Comme si j’avais à accepter n’importe quel commentaire qu’on me fait et fermer ma gueule docilement. Comme si ce n’était pas mon droit de trouver des commentaires décourageants et d’être fâchée parfois. Ce n’est pas une question d’être d’accord ou pas d’accord comme il le prétend. La question, c’est le fait qu’il n’y a aucune pertinence à chercher toujours des problèmes à l’autre et à critiquer son apparence et ce qu’elle aime comme il le fait. Ce n’est pas utile. Ça n’a rien de constructif. Ce n’est pas pertinent. La seule chose que ça fait, c’est de le faire se sentir supérieur à moi. Il ne l’est pas, même si j’ai malheureusement agi comme s’il l’était pendant un temps. On ne m’y prendra plus. 

            À la fin des fins, il m’accusait de fuir. Il a dit que c’était la première fois qu’une de ses amitiés fuyait comme ça. J’ai des doutes à ce sujet. Les gens agissent de la même façon avec tout le monde et je ne suis certainement pas la première à ne pas aimer se faire traiter de la sorte. Je ne fuyais pas. Il n’y avait rien à régler. C’était fini tout simplement. 

            Il n’avait pas l’air de comprendre que je ne veux pas régler les choses avec lui parce que ça ne m’intéresse pas d’échanger avec une personne qui passe son temps à m’envoyer des messages mesquins concernant ce que j’aime dans la vie… et qui me ment quand j’essaie d’obtenir des explications sur quelque chose qu’il m’a dit en feignant de ne jamais avoir dit ça. Et non, les choses qu’il dit ne s’expliquent pas par moi qui ne comprendrais pas à cause des réseaux sociaux.

            Ça aurait été complètement stupide de ma part, voire dangereux, d’aller en parler en personne avec lui. C’est quelque chose que beaucoup d’hommes ne comprennent pas. Quand ils ont des conflits comme cela, ils ont moins à avoir peur de la violence physique de l’autre que les femmes. Ils n’ont pas à toujours se demander si l’autre peut être dangereux physiquement ou pas et quel serait le meilleur endroit pour une rencontre. Et quelqu’un qui se met dans des colères facilement comme lui, ce n’est pas rassurant ni inspirant. On ne peut pas avoir une conversation avec quelqu’un qui ment et qui se fâche… ou encore qui dit n’importe quoi pour essayer de nous manipuler. 

            En plus je n’ai aucune envie de lui parler. J’ai déjà vérifié tout ce que j’avais à vérifier pour savoir si je voulais encore de cette relation dans ma vie ou pas. La réponse est que non, je n’en veux pas et j’ai eu la politesse de le lui écrire calmement. Il n’y avait aucune insulte et aucune provocation dans mon message. J’aurais pu ne rien dire après les niaiseries des dernières semaines, mais je ne suis pas comme ça.  

            Le fait est que je n’en veux pas, moi, d’un ami qui passe son temps à rire de ce que j’aime ou le dénigrer. Je ne veux pas non plus d’un ami qui fait semblant de n’avoir jamais dit les choses qu’il m’a dites quand il y a des désaccords. Je ne veux pas d’un ami qui pense que c’est ok d’essayer de me faire douter de ma santé mentale parce que je suis en désaccord avec lui. En fait, je ne veux pas être proche de qui que ce soit qui pense que c’est correct de faire ça à qui que ce soit pour quelque raison que ce soit. 

            Je veux prendre mon temps pour écrire, dessiner, travailler à mes projets, voir les amis avec qui je m’entends bien et avec qui les conflits se règlent sainement et je veux m’occuper de mon chien qui a eu un cancer l’an dernier et a encore eu une opération cette année parce qu’on lui a trouvé une autre masse. Je n’ai pas d’énergie à perdre avec des gens qui me traitent mal. Je veux la garder pour les personnes qui me traitent bien et qui veulent me connaître réellement au lieu de me dire qui je suis alors qu’ils n’en ont aucune idée. Je veux la garder pour vivre. Pas me faire écraser. 

            C’est possible que les billets soient un peu plus espacés pour un temps. J’ai énormément de travail pour les 5 prochaines semaines. Je vais faire ce que je peux. 

            Bonne journée et à bientôt ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s