Peindre (2e projet)

            Dans le cadre de mon cours de peinture, nous devons réaliser trois projets. Il y a eu un article sur le premier projet qui concernait les espaces publics et privés et pour lequel j’avais choisi de peindre mon chien qui courait sur une plage. Pour le deuxième projet, la consigne était qu’il fallait utiliser un objet du quotidien. J’ai choisi d’utiliser des pâtes alimentaires en formes de lettres de l’alphabet.

            Je ne manquais pas d’idées pour utiliser ces lettres. En fait j’avais 4 projets différents au départ. Je n’ai fait aucun de ces projets. À la place, je me suis laissé rêver un peu pendant quelques jours et le projet a fini par émerger. J’ai décidé que j’allais faire un genre d’icône religieuse, mais détournée. La prof a trouvé que c’était une bonne idée, donc je me suis mise au travail, enthousiaste.

            J’ai toujours aimé l’art religieux. Quand j’étais enfant, ma grand-mère me gardait avant que je commence l’école et elle me lisait des passages de la Bible. C’était plutôt terrorisant, mais ça m’a donné une longueur d’avance après dans mes études littéraires parce que je connaissais bien une bonne partie de l’Ancien et du Nouveau Testaments. Comme touriste, je passe aussi une bonne partie de mon temps dans les églises. Leur architecture et l’art qu’on y retrouve me fascinent. Je ne sais pas exactement pourquoi. Peut-être que les dorures touchent en moi à un amour secret du clinquant… ou pas. Peut-être que c’est toute cette violence et cette souffrance affichées qui happent ma conscience. Je ne saurai peut-être jamais.

            Je me suis donc lancée dans mon projet. J’ai choisi l’icône Notre-Dame du Perpétuel Secours. J’ai pris la version où le vêtement de Marie est bourgogne. Il n’y a  pas vraiment de raison à cela autre que c’est celle dont je préférais la couleur et la position des personnages. L’image fait partie du domaine public, donc j’ai le droit de la reproduire ici.

Mary16thC

            Ça faisait longtemps que je voulais travailler sur un panneau de bois, alors c’était l’occasion rêvée puisque à l’origine, les icônes sont faites sur des planches de bois. Je voulais qu’on puisse encore sentir sa texture sous la main, alors je n’ai pas mis de Gesso pour apprêter la surface. Ça ne me dérangeait pas tellement que le bois boive la peinture parce que de toute façon le pot d’acrylique doré que j’ai utilisé pour faire une bonne partie du tableau traînait chez moi depuis deux ans environ. Pour teinter le bois, j’ai utilisé de la peinture dorée mélangée avec du médium et vernis brillant et j’ai ajouté un peu de peinture ocre pour que la teinte de dorée soit un peu différente de celle qui serait présente dans l’auréole. Il fallait que le mélange soit très liquide et garde une certaine transparence pour que j’arrive à obtenir l’effet que je désirais.

            Après j’ai tracé le dessin que j’allais peindre sur la surface maintenant dorée. Le chien a été le plus facile à faire. Je pense que je commence à avoir l’habitude…. Il a été le plus facile à peindre aussi puisque ses couleurs sont assez simples et limitées.

IMG_4850

IMG_4732

            J’ai ensuite appliqué une couche d’acrylique doré sur les auréoles. Mon objectif était d’arriver à faire tenir les lettres dans les auréoles. J’ai essayé deux sortes de colles différentes et rien ne fonctionnait. Je me suis résolue à utiliser de la colle contact. J’avais eu de très mauvaises expériences avec ça dans le passé, mais je n’avais pas le temps de me plaindre ni de niaiser, donc j’ai beurré mes auréoles de colle et j’ai lancé une tonne de nouilles en forme de lettres dessus. Ça a tenu, même si l’appartement et la toile sentaient vraiment mauvais après.

            Ensuite, j’ai dû les peindre en or. C’était un peu difficile. Le plus gros défi consistait dans le fait de mettre assez de peinture pour recouvrir les lettres, mais pas assez pour les rendre molles. Ce sont quand même des pâtes alimentaires après tout… Ça m’a pris plusieurs heures pour faire cela, mais comme c’était pas mal ennuyant, j’ai eu la bonne idée de le faire petit peu par petit peu et finalement ça a semblé facile.

            Le plus gros défi a pour moi été de faire le visage. Je voulais faire un autoportrait. C’est le premier visage que j’ai peint de ma vie. J’ai réussi, en faisant plusieurs sortes de jaunes et un ton un peu plus grisâtre, à suggérer des traits du visage comme je le voulais. Les yeux étaient plus faciles à faire et n’ont pas posé trop de problème.

            Ensuite l’autre chose plus difficile était la robe portée par la femme sur la toile. Il a fallu que je travaille beaucoup avec plusieurs sortes de rouges pour arriver à suggérer un tissu qui soit un peu réaliste au moins. Je pense qu’à la fin c’est assez réussi. Avec un peu de recul en tout cas c’était vraiment beau.

            Finalement j’ai peint les deux anges. Je n’avais pas de pinceau assez petit alors ça a été vraiment très difficile d’arriver à un résultat potable. Honnêtement, rendue à ce moment, j’en avais aussi plutôt marre de travailler sur cette toile. Je suis arrivée à faire une version que je trouvais drôle et qui avait quelque chose de caricatural qui allait bien avec la toile, alors j’ai décidé de les garder comme cela. Je leur ai mis des crayons dans les mains au lieu des instruments qui servent à torturer le Christ pendant la Passion. C’était plus cohérent avec mon projet.

            Parce que oui, il y avait un sens à cela. Bien sûr, oui, c’est un peu une drôle de parodie d’une icône, mais ce n’est pas que ça. J’ai choisi cela parce que je suis une littéraire, d’où l’utilisation des lettres dans l’auréole et des crayons. Je trouvais ça une bonne idée de faire le lien entre la religion et la littérature à travers l’image. Le lien est dans le fait que l’Esprit sain est aussi le souffle qui entre dans le poète pour l’inspirer. Il y a ainsi un lien avec ce que je fais dans la vie, même si bien sûr je ne suis pas une sainte de quelque façon que ce soit.

            C’était un projet très intéressant à faire parce que l’art religieux me passionne comme j’ai dit. Ça me faisait donc très plaisir d’en apprendre les codes et de jouer avec aussi un peu pour mieux en saisir le sens et les possibilités. J’ai aussi vraiment appris beaucoup sur le mélange des couleurs et la création d’effets d’ombres et de lumières.

fullsizeoutput_dfb

            J’étais très fière de moi quand j’ai emmené mon tableau à l’université pour mon évaluation. Les autres étudiants ont fait de bons commentaires et j’étais vraiment heureuse. Ça m’a donné envie de continuer. Le prochain projet sera encore plus complexe, mais je suis déjà très excitée à l’idée de le réaliser.

            Bonne journée !

2 commentaires

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s