Parler de violence

            Je veux parler de violence. La violence qu’on ne voit souvent pas et dont on ne parle pas souvent non plus (même si un peu plus souvent maintenant, oui, mais ce n’est quand même pas assez), ou alors dont on parle pour la ridiculiser ou la minimiser.

            Je veux donc parler de la violence psychologique principalement et de ses diverses manifestations dans les relations amicales et amoureuses.

            J’ai grandi dans cette violence invisible et j’en ai ensuite vécu beaucoup après avoir quitté la ville où je suis née. On n’en sort pas facilement, peu importe à quel point on se sauve loin.

            J’ai longtemps essayé de vivre autrement, mais je n’y arrivais pas. Inévitablement, je me retrouvais à la même place à répéter la même histoire, parfois phrase par phrase avec des individus qui m’avaient souvent semblé différents.

            On n’y arrive pas, parce qu’on intègre plein d’idées sur soi et qu’on les porte. Ensuite, les gens qu’on rencontre les entendent, les voient ou les sentent en nous. Ils nous traitent alors selon ces idées aussi, malheureusement. C’est dur d’y échapper.

            Ça laisse l’impression que cette violence vécue et les mauvaises idées acquises à propos de soi suintent par tous nos pores et alertent les personnes à proximité que quelque chose ne va pas à propos de vous. Ça peut sembler presque impossible d’y échapper.

            C’est difficile à la fois pour nous et pour les autres. J’aimerais parfois que les autres choisissent d’adopter une ligne d’action et de s’y tenir. Par exemple, si je vois quelqu’un qui souffre, je ne vais pas lâchement frapper dessus en me disant que la personne avait juste à se défendre ou à ne pas montrer sa vulnérabilité.

            C’est ridicule, mais c’est pourtant très commun de faire le contraire de ce que je m’impose comme règle. En tout cas, j’en ai vu souvent, des personnes, faire cela, mais j’y reviendrai plus tard…

            J’aimerais écrire sur les choses qu’on ne dit pas très souvent sur la violence, soit parce qu’on se fait honte et qu’il devient difficile de dire ce que ça nous fait, ce qu’on vit, soit parce que les autres nous font honte, même ceux qui nous aiment, mais qui s’impatientent devant le temps que ça nous prend pour guérir.

            C’est sûr que ce n’est pas facile être patient tout le temps… mais quand même… Des fois, je me dis qu’ils devraient se forcer un peu plus ces gens autour de nous. Ça ferait un tout autre monde. Je l’aimerais probablement un peu plus, ce monde-là.

            Je veux donc parler de la violence à partir de l’intérieur, de ce que les autres ne voient pas. Ces autres qui vous traitent d’imbécile ou qui vous disent que vous n’auriez pas dû rester dans une relation amicale ou amoureuse qui vous blesse (Alors que vous êtes partie, de toute évidence, puisque vous n’êtes plus dans la relation…) avant même de vous demander : « Qu’est-ce qui s’est passé ? Le sais-tu, toi, pourquoi c’est arrivé ? ».

            Parce que c’est ça, souvent, le réflexe : présumer que la personne s’est laissée faire et qu’elle est en quelque sorte responsable des violences qu’elle a vécues. Alors que c’est faux. Ce n’est pas comme ça que ça marche, la violence… ou en tout cas très rarement, si jamais il y a des exceptions…

            Vous devriez toujours demander (même si ça n’est pas facile ni surtout automatique) avant de parler sur l’autre, avant de lui dire ce qu’il est. Parce qu’au moment où une personne est prête à vous dire qu’elle a vécu de la violence, c’est généralement parce qu’elle commence à comprendre son histoire, ou qu’elle a au moins, quelques morceaux de celle-ci.

            Ça va être difficile, mais nous y arriverons. Je voudrais arriver, en tout cas, à dire ces choses de la violence, à partager mon expérience et les conséquences qui en ont découlé sur ma vie jusqu’à présent.

            Il s’agit d’un projet en deux volets. D’abord, la violence. Le reste suivra dans les prochains jours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s