La paix

            Hier, nous avons fait la marche écoféministe avec mes élèves, et plusieurs artistes liées au centre d’artistes dont je suis membre. Je ne veux pas en parler trop aujourd’hui parce que je veux laisser la chance à l’expérience de se déposer en moi, mais je veux aussi voir les réflexions des élèves sur l’activité. Peu importe les conclusions auxquelles j’en arriverai dans les prochains jours et les semaines à venir, je pense que c’était une très belle expérience de groupe. C’était aussi une magnifique journée d’automne. La transfiguration des élèves entre le départ et l’arrivée a aussi été remarquable. Ils avaient d’immenses sourires au point d’arrivée, alors qu’ils partaient un peu à reculons au début… 

            Ça m’a fait du bien. Une telle activité demande quand même des efforts de logistique et de gestion assez considérables afin de se concrétiser et les semaines qui ont menées à sa réalisation ont été quand même assez intenses pour moi. Le fait de pouvoir simplement marcher au soleil hier et de prendre le temps de vivre et de respirer, pour ensuite arriver dans cet incroyable terrain en friche où poussent quantité de plantes sauvages laissées à leur libre expression et étant surplombé par cette sculpture magnifique de chien ou de loup composée de bois dont une partie est du bois brulé a eu un effet incroyablement apaisant et énergisant pour l’étudiante et la prof qui amorce la fin de session que je suis. Je pense que c’est important pour les élèves d’organiser des activités qui leur font voir la ville, le monde et la vie différemment, peu importe ce que ça peut coûter en énergie de préparation. C’est important pour moi aussi. J’avais besoin de ce moment d’arrêt hors de tout et je me sens plus forte et plus apaisée pour entamer le reste de la session avec un état d’esprit courageux.

            Le métier d’enseignante est surprenant sous bien des aspects. Il représente entre autres une suite de cycles infinis. On traverse, dans mon cas puisque j’enseigne la littérature, un corpus de textes précis, des notions nécessaires à leur éducation académique, des concepts nécessaires à leur constitution et évolution comme personne, toutes leurs joies et leurs bobos pendant cette période (en tout cas, moi, puisqu’ils me parlent beaucoup) et… Puis ils partent dans le monde et on ne les voit plus à moins qu’ils fassent volontairement un autre cours avec nous et alors on a la chance de voir combien ils ont grandi et se sont développés entre temps, mais eux aussi voient comment nous avons évolué (ou pas, mais dans ce cas ils l’ont senti et ne reviendront pas) comme personne. Des cours différents impliquent aussi une position subjective différente et on peut voir différentes facettes d’eux et eux de nous. Je trouve tout cela fascinant. Et puis parfois on a la chance de les recroiser dans la rue, au hasard de la vie plus tard et on sait, au sourire qu’ils nous font, qu’on a laissé un bon souvenir et qu’on fait un peu partie d’eux.

            C’était vraiment une bonne idée de faire l’activité avec ce centre d’artistes aussi. Je suis vraiment heureuse d’en être devenue membre. Avant de le faire, j’avais un peu des soucis de légitimité comme artiste. Je ne savais pas si j’étais assez « accomplie » afin d’être considérée comme une artiste intéressante pour eux. Je suis cependant tout à fait heureuse de mon choix finalement. Je reste un peu craintive dans les relations interpersonnelles puisque j’ai eu vraiment beaucoup de mauvaises expériences et même si je sais que tout le monde n’est pas comme ce que j’ai connu, ça reste parfois difficile pour moi maintenant d’être positive quand je rencontre de nouvelles personnes même si j’essaie toujours de l’être au moins un peu. Je n’ai pas eu de mauvaises surprises jusqu’à présent dans ce centre. Au contraire, tout ce que j’y ai trouvé, c’est de la bienveillance, de l’ouverture et des encouragements. C’est vraiment un lieu de paix et de création. Pas de jalousie ni de commentaires mesquins. On sent juste une volonté claire que tout le monde trouve les moyens de s’exprimer et de réaliser ses projets. C’est un centre où l’écoute active est activement pratiquée (Ha! Ha! Je suis fatiguée et je fais des petits jeux de mots.). C’est quelque chose à quoi je veux me former aussi de plus en plus. J’écoute déjà, bien sûr, mais je sais que longtemps ma souffrance personnelle m’a empêchée d’écouter mieux, je dirais, et d’être autant tournée vers l’autre que je le voudrais. Quand je le faisais, jusqu’à présent, c’était souvent pour me rabaisser ou m’effacer. Là, ce n’est pas comme ça. Je me sens vue, accueillie et je me sens commencer à changer intérieurement au contact de ces personnes. Ça me fait beaucoup de bien et j’espère leur apporter quelque chose en retour. À la fin de la marche, une des femmes du centre d’artistes m’a prise dans ses bras en pleurant (de joie, je pense ou d’émotions mélangées, mais principalement positives) et m’a dit « Tu es tellement précieuse! J’aurais aimé avoir une prof comme toi! ». Ça m’a surprise et ça m’a fait vraiment plaisir. C’est pas mal mieux que d’être traitée comme un bouche-trou, un tas de merde ou rabaissée continuellement. Ça existe, les bonnes personnes intéressantes. Les belles personnes. 

            Je me sens commencer à aller vraiment mieux et ça fait incroyablement du bien. Ma vie change de plus en plus et elle le fait pour le mieux. Il y a plus de vie, plus de création, de plus beaux liens aussi. Ça me donne de l’espoir. Je sais qu’il y aura toujours des personnes qui vont mal et qui au lieu de prendre soin d’elles et de travailler à aller mieux feront des choix qui nuisent aux autres plutôt que de les aider. Il y aura aussi toujours des personnes jalouses faisant semblant de ne pas l’être. Si vous êtes dans cet état, travaillez à améliorer votre vie, soyez créatifs de différentes façons. Dans votre routine, dans les arts, dans votre travail… Énormément est possible, si ce n’est tout. Être créatif demande de la patience, de l’humilité et du travail. Il faut accepter qu’on ne maîtrisera pas tout aussi bien que tout le monde, mais qu’on est nous et que c’est bien suffisant. Chaque personne a quelque chose à apporter. Chaque personne peut développer des pans de sa vie qu’elle voyait comme fixés pour toujours jusqu’alors. Il faut juste prendre le temps, faire les efforts et accepter de ne pas être parfait. 

            Je vais aller marcher avec mon grand loup. 

            Bonne journée (encore ensoleillée même si un peu plus froide…)!

            Je vous mets quelques photos du lieu (sans les élèves pour préserver leur droit à l’image.).    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s