Comment faire fuir quelqu’un

          Dans mon dernier billet, j’ai parlé de cet homme qui m’a proposé un rendez-vous alors que le déconfinement est à peine commencé. J’avais refusé, comme je l’ai dit, parce que je trouvais que c’était absurdement trop tôt. Ce l’est encore… Les travailleurs des champs commencent à devenir malades et le nombre de cas est en augmentation à toutes sortes d’endroits sur la planète, dont en Ontario… Donc même si oui, j’aimerais bien à un moment donné éventuellement rencontrer quelqu’un, mon besoin n’est pas pressant au point de mettre ma vie et celle des autres en danger, ce pourquoi j’ai initialement dit non. Je n’ai rien contre le fait d’apprendre à connaître des gens sur le net en attendant la fin de la pandémie, mais ça, le rendez-vous, ça me semblait insensé.

J’avais aussi refusé parce qu’il me parle comme si j’étais une petite affaire cute niaiseuse, ce que je trouve, étant une personne surdouée qui n’a pas envie d’être décrite comme « cute », profondément énervant. Je pense par contre que nous devrions toujours tous trouver ça énervant cette manie-là, cette attitude de condescendance vide… pour tout le monde, tout le temps… La dernière fois qu’il l’a fait c’est quand nous parlions de combien ça coûtait d’aller passer une fin de semaine à Québec (pas pour le voir lui, ce que je n’ai jamais accepté, mais juste y aller en général). Je lui disais que je n’avais pas assez d’argent pour ça depuis un moment donc que je n’y allais pas très souvent. Et lui de me répondre : « Ce n’est pas ce que tu penses, ça ne coûte pas cher aller à Québec! ». J’ai tellement trouvé ça ridicule… Je déteste les gens qui font ça. Les gens qui pensent que votre expérience ne compte pas et qu’ils savent mieux que vous comment faire. D’abord, il ne m’a posé aucune question, donc il ne sait absolument pas quelles sont les conditions dans lesquelles je me trouve. Ensuite, il m’a dit que j’avais juste à m’inviter chez mes amis et venir en covoiturage…

Ma réalité c’est que je suis enseignante précaire depuis douze ans et que je vis seule et que j’ai des dettes d’études parce que j’ai fait un doctorat et que je suis en plus encore aux études… Donc parfois, pas cher, c’est quand même trop cher. Ensuite, j’ai un chien, que je préfère habituellement présent avec moi. J’ai adopté ce chien dans un moment particulièrement difficile où j’ai dû couper les ponts avec ma famille et me remettre d’un traumatisme grave, donc j’ai un lien très étroit avec lui. Il est très apaisant pour moi aussi. J’aurai un autre lien avec d’autres chiens, je pense, mais celui-là est particulier… Il est ma famille. Enfin, faire garder un chien, c’est cher, donc ça reviendrait au même de le faire garder ici ou de l’emmener avec moi. En plus, pour partir, à cause du chien et parce que mon objectif c’est vraiment de sortir de la ville, je loue une voiture pour avoir un peu de liberté… ce qui veut dire encore une dépense. Finalement, ce n’est vraiment pas mon genre de m’inviter chez les gens et comme je suis plutôt introvertie et solitaire, je me sens coincée quand je vais chez quelqu’un et c’est moins agréable et reposant (à part chez quelques personnes bien sûr…).

Ça m’arrive assez souvent de tomber sur des personnes comme ça et ça me tape sur les nerfs parce que même si ça commence par de petites anecdotes pas trop graves, ça devient de pire en pire avec le temps. Une autre fois j’avais eu une date avec quelqu’un et je lui parlais de mes plans futurs et encore une fois c’était comme si ce que je pensais n’avait aucune valeur. Je ne suis pas une personne du milieu. Je suis quelqu’un qui aime plutôt les opposés… La ville et la campagne ou la forêt, pas la banlieue, par exemple. Donc à cette date-là j’expliquais au gars que je voulais garder mon petit appart au centre-ville qui ne coûte pratiquement rien parce que j’y suis depuis 13 ans et quand j’aurais mon vrai salaire de prof, acheter une petite maison à la campagne ou en forêt pour y avoir un vrai bureau et un atelier qui ne sont pas la moitié de ma cuisine… même si en attendant ça dépanne bien, oui. Et là je lui montrais une maison que j’avais vue et il avait les yeux sortis de la tête en regardant la carte et il répétait « Ça n’a pas de bon sens! Ça n’a pas de bon sens! C’est sûr que tu ne pourras pas aller à ta maison tous les soirs! Ça n’a pas de bon sens! ». Et moi j’étais là comme une pauvre invisible à lui répéter que justement, je ne voulais pas aller dans cette maison tous les jours (C’était juste à 1h en passant… pas à 3 jours et avec des horaires atypiques de prof, on n’est pas toujours dans le trafic)… mais rien n’y faisait, il continuait à répéter son monologue et à me regarder comme si j’étais complètement inconsciente et folle, incapable de se calmer. Je me suis dit que s’il trouvait cette petite chose bizarre, je n’avais vraiment pas fini de me faire dénigrer mes choix…

Je ne l’ai pas revu. Il n’y a presque rien qui m’énerve plus que quelqu’un qui me prend pour une pauvre petite conne perdue, à part quelqu’un d’encore plus clairement misogyne, bien sûr. Mon père était le premier journaliste chasse et pêche du Québec. J’ai grandi dans le bois. Ne pas me perdre et savoir calculer les distances que je peux parcourir est pas mal une des premières choses que j’ai apprises avec le fait de pouvoir nettoyer des animaux morts pour qu’ils soient comestibles et ne pas les avoir tués pour rien en perdant la viande. J’ai survécu à des traumatismes multiples. Je suis féministe. Je suis intelligente, forte, belle, débrouillarde, créative et… Me faire parler comme si j’étais une petite idiote perdue inconsciente de la réalité des choses ou comme si je ne réalisais pas les implications de ce que je veux ou ce que je pense, c’est la chose la moins attirante de la terre.

Donc, le gars de Québec à qui j’ai refusé le rendez-vous, il était mal parti lui aussi. Il n’avait de photo de lui sur aucun de ses profils non plus et ça, ça ne me plaisait pas. J’ai fréquenté des hommes avec des physiques très différents dans ma vie. Ce n’est donc pas une question de superficialité. Ce qui m’attire chez quelqu’un est rarement physique. C’est plus une question de savoir à qui j’ai affaire avant d’aller le rencontrer. Ne pas me pointer dans un parc à attendre un inconnu qui sait de quoi j’ai l’air alors que je n’ai aucune idée de qui il est à part que ça semble être un ami d’amis et qu’il semble être un artiste… Ça, ça m’inquiétait aussi et c’est une autre des raisons pour lesquelles j’ai refusé.

Quelques jours après avoir refusé, un soir où j’essayais de regarder Joaquin Phoenix jouer de façon impressionnante John Callahan dans Don’t Worry He Won’t Get Far on Foot, mon téléphone s’est mis à vibrer comme un fou sur la table à côté. Vous me direz que ça m’apprendra à le fermer la prochaine fois ou à bloquer les gars bizarres immédiatement après avoir refusé de les voir (chose que je n’ai pas faite parce que c’était un ami d’ami et que je ne pensais juste pas qu’il me reparlerait parce que j’avais dit non).

Vous aurez deviné que c’était lui… Lui qui s’était mis à m’écrire une avalanche de phrases obscures disant qu’il lui arrivait des choses très graves… et qu’il n’avait pas le choix de continuer à avancer sinon il lui restait juste à se suicider… et des choses comme ça, sans vraiment dire ce qui lui arrivait de si terrible. Je lui ai dit que j’étais désolée de ce qu’il vivait, mais que je pensais qu’il devrait écrire à quelqu’un qui le connaissait ou était plus proche de lui et pourrait alors mieux l’aider, surtout s’il pensait à mourir. Il a dit alors qu’il ne pensait pas du tout à se suicider et s’est mis à me dire que son ex était folle et qu’elle voulait lui faire perdre la garde de ses enfants en racontant à un juge des choses qu’il lui avait dites qu’il aimait faire au lit… dans son intimité.

C’est là que j’ai commencé à trouver ça sérieusement inquiétant. Je ne sais pas ce qu’il aime faire au lit, mais je sais qu’on est au Québec en 2020 et qu’on peut faire pas mal tout ce qu’on veut au lit sans perdre ses enfants. Les seules raisons pourquoi ça arriverait, c’est si les choses désirées sont faites sans consentement, avec une violence extrême, ou alors si elles sont de l’ordre de la pédophilie ou la nécrophilie. On ne parle pas de choquer une pauvre petite vieille dame prude. On parle de choquer un juge au point qu’il vous enlève vos enfants. Si quelqu’un pense pouvoir vous manipuler avec ce que vous aimez au lit et vous faire perdre vos enfants de nos jours, c’est probablement que le problème est ce que vous aimez au lit, pas votre ex.

Alors, puisqu’il m’avait dit qu’il ne voulait pas se tuer, je me suis permis de me fâcher et je lui ai dit que je ne voulais absolument rien savoir de plus, que je ne savais pas qui il était, que je ne l’avais jamais vu de ma vie et que je n’avais aucune intention de le voir et que je ne voulais plus jamais qu’il m’écrive, puis je l’ai bloqué. Après, je me sentais toute croche et comme répugnante même si je n’avais rien fait de mal.

La raison pour laquelle j’ai réagi comme ça, c’est que je pense que c’est un menteur. J’ai grandi avec quelqu’un qui menaçait sans arrêt de se suicider pour n’importe quoi et le niait ensuite comme ça. Je les vois venir de loin ces personnes-là. Je sais que ça peut être difficile à imaginer pour des personnes qui n’ont pas grandi avec un parent comme ça, mais ces personnes existent et elles ont des caractéristiques reconnaissables assez facilement. Je pense qu’il n’avait pas bien réfléchi à son mensonge et pensait que j’allais avoir une curiosité kinky et lui demander quelles étaient ces mystérieuses choses tellement hardcore qu’il aimait faire au lit, ou encore qu’il voulait se masturber sur ma réaction choquée (mais je ne suis pas très facile à choquer, justement, et que la seule sexualité qui m’intéresse est celle à laquelle je peux participer directement donc entendre les cochonneries des autres quel épouvantable ennui…), ou encore il voulait que je trouve qu’il faisait pitié et que j’accepte finalement d’aller marcher avec lui pour entendre parler de sa terrible ex… Aucun de ces scénarios n’avait aucune chance de fonctionner avec moi.

Aussi, si jamais son ex était vraiment « une ostie de folle » comme il le prétend. Admettons qu’il avait vraiment été piégé dans une situation avec une personne qui aurait des problèmes psychologiques graves non traités et qu’elle était entièrement responsable de la toxicité de la situation, ce qui est une chose rare, mais qui peut quand même éventuellement arriver, il y aurait quand même un grave problème dans le fait qu’il pense que c’est le temps de commencer une relation avec moi ou n’importe quelle autre nouvelle personne. C’est profondément insensé et irrespectueux d’exposer une personne à ce genre de situation alors qu’elle n’a rien à y faire. Personne ne mérite d’être mis en danger face à d’anciens partenaires enragés et déchaînés. Et là je ne veux pas de bullshit de film romantique à la con comme quoi j’étais trop merveilleuse et il avait peur de passer à côté de sa chance. Non. C’est crissement imbécile et égocentrique. On règle ses affaires avant de commencer une nouvelle histoire. C’est tout. Pas de discussion possible là-dessus.

Pour moi, ça sentait extrêmement mauvais. Ça sentait au mieux un dépendant affectif, au pire un menteur pervers qui se serait révélé bien plus terrible avec le temps. Réglez vos problèmes ou fichez moi la paix s’il vous plaît. J’ai d’autres choses à faire qui sont beaucoup plus intéressantes que de me faire embarquer dans des histoires pareilles. Je parle ici bien sûr des relations affectives avec de nouvelles personnes. J’écouterai et aiderai bien sûr sans problème mes amis ou des personnes qui souffrent sans vouloir m’embarquer dans des histoires malsaines…

            Mettez vos masques aussi. C’est vraiment superficiel, irrespectueux et égocentrique de se promener sans masimg_4271que dans les lieux publics en ce moment… Ce l’est autant que lui et sa relation pas finie… La pandémie est vraiment loin d’être terminée. Pensez aux autres. Pas juste à votre nombril.

            Merci et bonne fin de journée!

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s